• ZIGUINCHOR/PROMESSES : plusieurs dizaines de « Jakartamen » battent le macadam contre la mairie
  • Lettre ouverte aux organisations de défense des droits humains et de liberté de presse (APPEL)
  • Mamadou Sy Tounkara à propos de Macky Sall : "nañu ko bayyì ak Yalla"
  • Ziguinchor/Victoire DE BBY : Les jeunes décernent la « Mention Spéciale » au leadership de Doudou Ka
  • Robert Sagna « remercie et félicite le MFDC » de ne pas avoir « troublé les législatives »

LEGISLATIVES 2017-Abdoulaye Baldé sur leur échec à Ziguinchor : « J’en assume la pleine responsabilité et je m’en excuse sincèrement. » (DISCOURS)

Scoopsdeziguinchor.Com : « En ce qui concerne notre coalition, force est de reconnaitre que, pour une première participation, nous n’avons pas pu atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés, par insuffisance de moyens  financiers et logistiques, mais du fait des problèmes internes qu’on ne peut nier. J’avoue que mon absence  durant toute la campagne  à Ziguinchor où je n’ai séjourné qu’une journée et demie, (ce qui était au départ un choix stratégique de notre coalition nationale), a surement  impacté négativement sur la dynamique locale et le moral des adhérents et sympathisants. J’en assume la pleine responsabilité et je m’en excuse sincèrement. »

testimg1

Texte introductif du Point de presse de M. Abdoulaye Baldé,

Président de l’Union Centriste du Sénégal,

Député maire de Ziguinchor,

Tête de liste nationale de la convergence patriotique Kaddu Askan Wi (La Voix du Peuple)

 

Mesdames et messieurs, chers journalistes ;

 

Tout d’abord, permettez-moi, en mon nom personnel et à celui de la coalition kaddu Askan Wi, notamment du ministre d’Etat Mamour Cissé Président du PSD/Janti bi, du ministre Moustapha Mamba Guirassy de Watoo sita, de monsieur Abdoulaye Fall Mao, Président de l’alliance patriotique jambar et de monsieur Omar badiane,  d’entamer mes propos en félicitant tous les citoyens sénégalais, y compris ceux de la diaspora, qui ont participé de façon directe ou indirecte à ces élections. Le vote est un exercice sacré pour notre démocratie et, au nom de notre coalition et de notre parti, je tiens à saluer la forte mobilisation des électeurs qui ont voulu, à travers cet acte civique, faire entendre leurs voix. J’exprime ma forte solidarité à l’endroit de tous ceux qui ont voulu prendre part à ces élections mais, en raison de l’indisponibilité de leurs cartes d’électeurs ou leur omission sur les listes d’émargement, ont été privés de ce droit fondamental d’expression. 

En effet, les nombreux couacs observés durant ces législatives sont  préoccupants au regard de la mauvaise image que cela a renvoyé de notre cher pays au reste du monde. La presse internationale n’a pas manqué de souligner la confusion qui a régnée durant ces élections. Au regard de l’exemplarité de notre démocratie qui a toujours été citée comme exemple  aux quatre coins du monde. Pareilles situations ne doivent plus se reproduire pour nous et pour les générations futures, nous devons tous dire ensemble, plus jamais cela. Opposition, coalition présidentielle, société civile, nous devons tous dire plus jamais cela.

Avant d’aller plus loin dans ce raisonnement, je me dois d’abord de remercier nos Partisans. Je n’ai pas de mots suffisamment pour exprimer ma gratitude aux membres de notre Coalition et à tous les Adhérents et Sympathisants de l’Union Centriste du Sénégal. Malgré les nombreuses tentatives de détournement, nombreux sont restés dignes et fidèles à nos principes tout au long de cette campagne. Ils ont refusé toutes sortes de tentations et cette force mentale nous a permis de dépasser largement le quotient National et d’obtenir plus de 65178 voix.

A travers ce score qui nous positionne 5e sur 47 listes présentées, nous ne pouvons que nous réjouir d’avoir bénéficié du soutien du peuple sénégalais et de la diaspora. A ceux-là qui ont bravé la pluie, qui se sont armés de courage, d’abnégation et de foi face à l’idéal que nous nous sommes fixés depuis cinq ans : celui de la magistrature suprême, je dis merci.  

J’exprime également une pensée forte à ceux qui étaient candidats pour notre coalition et qui n’ont malheureusement pas atteint nos objectifs, pour les motifs que l’on connait. Malgré le peu de moyens dont ils disposaient, ils ont fait preuve de patriotisme pour la défense de nos idéaux. Leurs sacrifices ne seront jamais vains car notre idéal et notre dessein reste le même.

Je tiens à saluer les électeurs de Kédougou qui ont fait confiance à notre coalition et qui ont brillamment élu notre frère Moustapha Guirassy à plus de 65% et surtout, je tiens à adresser mes remerciements les plus chaleureux aux populations de Ziguinchor dont la plupart sont restées dignes et en harmonie avec nos convictions et ambitions communes.

A l’analyse des résultats de toutes les régions du Sénégal, de la Diaspora, de la Casamance naturelle et en particulier de Ziguinchor, il est regrettable de constater que tout semblait être mis en œuvre pour que ceux qui avaient des ambitions présidentielles soient battus dans leurs fiefs, partout, avec des moyens/armes non conventionnels. 

Malgré  cela, notre coalition dont la principale force dans le sud était constituée de la seule union centriste du Sénégal, à l’exception de Goudomp  et de Ziguinchor ,( le PSD/JANT BI polarise des sympathisants), nous avons pu tenir tête à trois fortes coalitions. Certaines composés de dizaines de partis ont déployé des moyens colossaux de toute sorte, en numéraires et en nature, avec une multitude de responsables dans tout le territoire Communal et Départemental. Dans la commune, notre coalition est classée deuxième avec 13527 voix contre 14311 voix par  Benno, soit une différence de 393 voix.

Dans le département de Ziguinchor, nous avons obtenu 17 640 voix contre 20 992 voix de Benno, soit une différence de 3352 voix. Partout ailleurs dans les régions du sud, notre coalition a été classée deuxième ou troisième. A Oussouye, nous avons obtenu 4316 voix, soit 180 voix de moins que la coalition victorieuse Benno ; A Sédhiou nous sommes 3ème avec 2570 voix , 2178 à Goudomp et 735 voix à Bounkiling.

A Kolda, notre score s’élève à1834 voix, et à Vélingara 1758 voix, contre 337 voix à Médina Yéro Foula.

A Kédougou, nous sommes arrivés 1er avec 9857 voix et 3ème à Salémata avec 510 voix. A Porokhane aussi nous sommes 3èmes.

A travers les autres Départements du Centre du Nord et de l’Ouest, nous avons engrangé des voix significatives.

Au Cap Vert, notre coalition s’est classée 2ème et au BENIN 3ème.

En Espagne, malgré le faible taux de distribution de cartes, car bon nombres de nos militants n’avaient pas reçu leurs cartes d’électeurs et n’ont pas pu voter avec leurs récépissés,  nous sommes classés quatrième.

Le clou du flop électoral, c’était en Côte d’Ivoire où, non seulement le vote a connu de nombreux manquements dont l’insuffisance ou l’absence de bulletins de vote dans plusieurs bureaux et le démarrage tardif des opérations. A Abidjan, où seuls quatre bureaux ont fonctionné sur les 33. A  Abobo, Port Bouet , Plateau , Attecoube, après plusieurs interruptions, annulations et reprises, le  vote a recommencé à 18h et s ‘est achevé dans la confusion à 22h. Dans un tel cafouillage, le scrutin n’a pu démarrer que dans quatre des dix communes  du district d’Abidjan.

Faute de bulletins pour toutes les coalitions et partis, le vote a été annulé à Adjamé , Yopougon , Trecheville , Marcory et Koumassi. De  nombreux incidents violents ont été signalés notamment à Yopougon où les urnes du bureau 01 ont été cassées. Quant à la situation dans les villes de provinces, le vote s ‘est déroulé malgré l’absence de bulletins de vote de nombreux partis ou coalitions ; dans les bureaux ayant voté à Abidjan le taux de participation a rarement atteint  10% partout où le vote a eu lieu.

Face à tous ces manquements notre coalition a décidé d’introduire un recours avec Maitre Sally Mamadou THIAM et Maitre Pape Mamaille DIOCKOU, en annulation à l’instar du recours introduit par la coalition benno bok yaakar à Touba.

Au total, les enseignements qu’il faut tirer au plan national c’est que :

-        plusieurs personnes ont été privées de leur droit de vote, y compris des candidats ;

-        d’autre part, la pléthore de listes et la ressemblance des couleurs a porté un lourd préjudice à notre coalition où la plupart des électeurs ont confondu nos bulletins soit avec ceux des coalitions joyyanti ou  bunt bi. Cet état de fait est dû, en partie, à la position de nos bulletins sur les tables, difficilement trouvables pour les personnes âgées ou non scolarisées, parce que situées à l’extrémité d’exposition à la 46ème sur 47.

L’enseignement qu’il faut en tirer, c’est qu’il faut davantage resserrer les rangs, construire une solidarité agissante au sein de notre coalition et de notre parti cela, surtout, dans notre département. Il faut aussi continuer la massification et assurer une bonne formation à nos adhérentes et adhérents, de manière à maintenir le cap pour les échéances futures.

En conclusion, nous aimerions dire aux sénégalaises, aux sénégalais et c’est cela notre conviction, qu’il ne faudrait pas s’attendre à une assemblée de rupture pour cette 13ème législature, car, comme pour la 12ème, l’opposition y constitue une minorité, soit 40 députés sur 165.

A notre avis, l’élément déclencheur de la rupture devrait être aussi quantitatif que qualitatif, sinon le principe de la majorité mécanique continuera à jouer, malgré les effets de manches d’une opposition quantitativement limitée. Notre conviction est que tant que notre système électoral ne sera pas changé, les ruptures attendues à l’Assemblée nationale ne seront que des vœux pieux. En effet, comment comprendre qu’une coalition qui n’a engrangé que 49,4 % puisse se retrouver avec plus de 76% de la représentation nationale. 

Néanmoins, nous nous évertuerons, à l’intérieur de l’hémicycle, à nous investir sur tous les champs possibles pour que les acquis de notre démocratie sénégalaise soient préservés.

En ce qui concerne notre coalition, force est de reconnaitre que, pour une première participation, nous n’avons pas pu atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés, par insuffisance de moyens  financiers et logistiques, mais du fait des problèmes internes qu’on ne peut nier. J’avoue que mon absence  durant toute la campagne  à Ziguinchor où je n’ai séjourné qu’une journée et demie, (ce qui était au départ un choix stratégique de notre coalition nationale), a surement  impacté négativement sur la dynamique locale et le moral des adhérents et sympathisants. J’en assume la pleine responsabilité et je m’en excuse sincèrement. Nous ne manquerons pas d’en tirer les leçons pour la prochaine fois. Tous ces sujets seront abordés, sans complaisance, dans notre rencontre régionale d’évaluation prévue ce jeudi.

Tout compte fait, force est de constater que l’avis partagé de tous les sénégalais sur l’organisation chaotique des élections a pesé sur l’issue du scrutin.

En félicitant toutes celles et tous ceux qui ont gagné leurs centres de vote et en encourageant les autres, je vous renouvèle mon engagement à poursuivre, avec vous, le travail dans le sens d’un repositionnement stratégique de notre coalition et de notre Parti sur l’échiquier politique national.

Je vous remercie de votre aimable attention…

Abdoulaye BALDE

Auteur: La Rédaction
Date de publication: 2017-08-07 22:07:04
Nombre de réactions:0

Réagir à cet article!
    rss Imprimer cet article Mail

Articles 1 à 10 sur 276
Suivant Dernier

Tous les commentaires
Copyright © 2012 scoopsdeziguinchor.com - Conception & design: Jean Ndiaga Bakhoum - (Digital Video Shop)