• Ziguinchor/Après l’audience avec le chef de l’Etat : Le CCAA sonne la mobilisation, évalue et déroule...
  • Nyassia/Don fournitures scolaires : Le maire Mamadou Diallo se dévoue à nouveau pour la cause de l’éducation
  • Casamance/Saison touristique : C’est parti !
  • Jean-Marie François Biagui tacle Sonko : « L’électorat casamançais n’a jamais été et ne sera jamais à lui seul un faiseur de président de la République »
  • Casamance, notre avenir (Par Yoro Dia)

Les députés sénégalais à l’assaut de la paix dans le sud du pays

Scoopsdeziguinchor.com : Un atelier de partage sur la sécurité et la paix dans les zones frontalières est organisé ce mardi à Ziguinchor par les députés de la commission de sécurité et de paix et ceux de la commission des lois de la décentralisation du travail et des droits humains à l’Assemblée nationale. Au cours de cet atelier auquel les autorités étatiques, militaires, religieuses, coutumières et les représentants de la société civile, a pour objectif, de diagnostiquer les inconvénients engendrés par ce conflit vieux de trente six ans.

testimg1

Ils ont plus d’une dizaine de députés à faire le déplacement de Ziguinchor pour prendre part à l’atelier qu’ils ont qualifié d’atelier de partage sur la sécurité et la paix en zone de conflit.

Dans leur communication, l’honorable député, Demba Kéita, prenant la parole est revenu de long en large sur le vécu des populations depuis la naissance du conflit en 1982, à nos jours.

Selon M. Kéita, au-delà des destructions massives des armes, les mines constituent le grand danger auquel les populations sont confrontées. Car dit-il plus d’un million neuf cent mille mètres carrés des terre restent polluées par ces engins ; plus de huit cent vingt neuf mille victimes de mines ; soixante- dix villages enraillés de la carte ; plus vingt mille personnes déplacées à l’intérieur du pays.

Cependant, l’honorable député, Demba Kéita, regrette l’arrêt du déminage depuis 2013. Ce qui a conduit selon lui à cette pauvreté criarde que connaissent les populations qui n’avaient que la foret pour satisfaire leurs besoins économiques.

Poursuivant, M. Kéita déplore la nouvelle tournure qu’est en train de connaitre le conflit, notamment l’usage des mines antichars pour démolir les ponts. Aussi, l’action des personnes qui se nourrissent du conflit.

Présent à cet atelier, le commandant de la zone militaire n°5, le Colonel Khar Diouf rassure les députés et sur la bonne maitrise de la situation dans son ensemble.

Cependant, le commandant n’a pas manqué de poser certaines doléances, notamment, la construction de routes bitumées le long des frontières de la Gambie et de la Guinée Bissau et la mise à leur disposition de matériel de surveillance, comme les drones et du matériel numérique.

Auteur: Sana SADIO
Date de publication: 2018-07-03 12:58:03
Nombre de réactions:0

Réagir à cet article!
    rss Imprimer cet article Mail

Articles 1 à 10 sur 807
Suivant Dernier

Tous les commentaires
Copyright © 2012 scoopsdeziguinchor.com - Conception & design: Jean Ndiaga Bakhoum - (Digital Video Shop)