• Ziguinchor/UASZ/1ère École Thématique sur la Promotion de l’agriculture durable face aux changements climatiques : Pour favoriser les échanges sur les recherches et pratiques agricoles face à ce phénomène
  • Bignona : BBY affute ses armes pour la reconquête des bastions perdues
  • Ziguinchor : Coalition autour du « Maad de Casamance »
  • Ziguinchor/Classement des réceptifs hôteliers : Pour une conformité entre le service offert et les normes standardisées
  • Ziguinchor : YMCA évalue le projet AMPA Awagna

Ziguinchor : Coalition autour du « Maad de Casamance »

scoopsdeziguinchor.com : La capitale a été le cadre pendant deux jours d’une rencontre de constitution de l’association de promotion et de défense de l’indication géographique IG Maad qui regroupe toutes les associations ainsi que les acteurs de la Casamance naturelle qui gravitent autour de la filière Maad

testimg1

Cette rencontre à l’actif des associations de la filière Maad de la Casamance a donc mobilisé dans les locaux de la Caritas Ziguinchor tous les acteurs qui gravitent autour de cette filière ; ceux chargés de la cueillette jusqu’aux transformatrices en passant par les intermédiaires et les commerçants. Deux jours mis à profit par ces derniers pour mettre d’abord en place l’association sur l’indication géographique « Maad de Casamance », puis un comité qui va se charger de continuer le travail sur l’élaboration du cahier de charges et plus tard du dossier qui va être déposé au niveau de l’OAPI afin que le maad de Casamance soit protégé en indication géographique. Le but étant, pour Maimouna Sambou Mme Diédhiou présidente du GIE Casa Ecologie qui s’active dans la transformation des fruits et légumes à Bignona, de mieux labellisé le madd pour qu’il soit mieux valorisé, mieux commercialisé sur le marché national et international. Et pour Mme Diédhiou, ce produit a subi une exploitation abusive en Casamance, avec beaucoup d’arbres qui servaient de support aux lianes de maad qui ont été coupés. « On s’attèle aujourd’hui à faire la cartographie pour sur toute l’étendue de la région pour voir l’existant au niveau des forêts de la Casamance » a soutenu Mme Diédhiou ; qui plaide en outre pour une régénération de la forêt casamançaise pour que le madd se reproduise à nouveau, dit-elle. « La cartographie permettra de jauger le niveau du maad en Casamance ; mais il s’agira en outre de sensibiliser, de faire une large diffusion des informations des indications géographiques sur le maad, expliquer la valeur de ce produit aux populations qui seront les premières concernées par ce programme » a-telle martelé en marge de cette rencontre.

Une rencontre qui bénéficié de l’accompagnement de partenaires tels que la FAO, OMPI, du bureau d’études Economie, territoire et développement services à Ziguinchor et des pouvoirs publics à travers (ETDS), de l’ANCAR et de l’ASPIT (Association Sénégalaise pour la Propriété Intellectuelle). Conseiller juridique à l’ASPIT au Ministère développement industriel et des PMI, Talla Samb est d’avis qu’il est nécessaire, dans le cadre de la promotion des produits locaux, de penser à la protection du produit par l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle sous forme d’indication Géographique. Et le madd a été identifié, a-t-il dit, comme un produit qui a des caractéristiques organoleptiques particulières dues à son terroir. « On est là pour sa protection et son enregistrement au niveau de l’OAPI. Mais avant cela il va falloir quand même qu’il y ait un organisme qui porte le projet qui assure sa promotion et sa défense » argue Talla Samb. Et c’est d’ailleurs tout le sens de cette rencontre de Ziguinchor avec les acteurs de la filière Maad ; et à  l’issue duquel sera mise en place, selon M Samb, une feuille de route axée sur la promotion puis la validation du produit par le Comité national des indications géographiques qui a été créé. « Et cela est valable aussi pour d’autres produits qui pourraient être aussi protégé car on est déjà dans la globalisation et on va également la Zone de Libre-échange Continentale (ZLEC) qui sera caractérisée par libre circulation des biens, des personnes et des services » a-t-il indiqué.

Pour Pape Tahirou Kanouté directeur bureau d’études Economie, territoire et développement services (ETDS) à Ziguinchor, c’est aujourd’hui l’aboutissement d’un long processus qui a démarré depuis très longtemps et ponctué, dit-il, par plusieurs rencontres à travers toute la Casamance naturelle pour des échanges avec les acteurs professionnels. Et avec le soutien de la FAO, de l’OAPI et de plusieurs autres partenaires qui soutiennent ce projet les acteurs vont, estime-t-il, arriver à ce que le maad soit labellisé en indication géographique. Toute chose qui augmente, soutient M Kanouté, de la valeur sur le plan économique car vendu sur les marchés nationaux et internationaux avec beaucoup plus de valeur. « Et si le produit est reconnu, les gens seront beaucoup plus enclins à le protéger et protéger du coup la forêt aujourd’hui très menacée » espère-t-il.   

Le GIE Kan Jibu, Mai Kindio, Jamano Bugum, Djiribalut, Agro-pastoral ! Autant  de GIE qui avaient également pris part à cette assemblée générale de constitution de l'association de promotion et de défense de l'indication géographique IG Maad. Des unités de transformation de produits locaux spécialisées en outre dans la production de Karamel de maad, de confioture de maad, de conserve de maad et de sirop de maad et tant d'autres produits. Elève en formation au GIE Kan Jibu, Augustine Rina Diandy venue exposer les produits de son GIE présente ici sa structure ainsi que les difficultés dont le GIE Kan Jibu est confronté.

Auteur: Sana SADIO
Date de publication: 2019-12-02 23:23:38
Nombre de réactions:0

Réagir à cet article!
    rss Imprimer cet article Mail

Articles 1 à 10 sur 490
Suivant Dernier

Tous les commentaires
Copyright © 2012 scoopsdeziguinchor.com - Conception & design: Jean Ndiaga Bakhoum - (Digital Video Shop)