• Ziguinchor : Kaguit cadre des Journées de l’Alliance Sénégalo-guinéenne pour la paix et l’intégration le 28 septembre prochain
  • Bassire/Bulu-Ji : En attendant le grand Festival des origines et des arts du Buluf, Aminata Assome Diatta assure avec le Mini festival
  • Adéane/Tournoi Ousmane Ndiaye Compliqué : Retour gagnant de l’enfant prodigue en terre paternelle
  • ZIGUINCHOR - RSD/TDS : Le docteur Moussa Diédhiou se fraye un chemin de sortie
  • ZIGUINCHOR-Grève : le secteur de la santé perturbé les 18-19 et les 25-26 Septembre

Robert Sagna : « Le Pds fait tout un tapage quand trois pelés et deux tondus quittent ailleurs pour le rejoindre. »

Scoopsdeziguichor.Com : Deux semaines passées entre autres dans le Kafountine et le Fogny Djiragone ont permis au secrétaire général du Rds/Tds de grappiller plusieurs militants libéraux d’une dizaine d’îles du Karone et d’une trentaine de villages disséminés dans au moins huit communautés rurales des régions de Ziguinchor et Sédhiou. Robert Sagna y revient dans cet entretien. Il n’élude pas pour autant les projets qu’il dit avoir signés et dont l’actuel maire Baldé aurait hérité mais non plus le regard qu’il porte au travail de la presse en Casamance.
testimg1

Scoopsdeziguichor.Com : Nous sommes à la fin de votre tournée dans le Fogny Djiragone. Que peut-on retenir ?

Robert Sagna : Comme vous avez pu le constater, ce sont les villages du Fogny Djiragone qui m’ont invité et j’ai répondu. C’était des militants jeunes comme adultes, anciens comme nouveaux qui viennent d’une trentaine de villages. Ils étaient en majorité du Pds. Cela m’a agréablement surpris car cette zone n’était pas notre fief. C’est le même constat que j’ai fait la semaine dernière dans les îles Karone. Une dizaine d’îles a viré pour revenir à nous.

Qu’en pensez-vous ?

Cela veut dire que les gens en ont marre de ce régime. Les gens sont fatigués !

Pourtant à Ziguinchor, certains militants de votre parti quittent pour aller au Pds, qu’en dites-vous ?

Non, ce sont des menus fretins. Mais je ne vois pas de responsables actifs du Rsd / Tds qui quittent pour un autre parti politique au point que ce soit un choc. D’ailleurs, les gens ne voient les choses que dans un seul sens. Ils ne voient jamais ceux qui arrivent. J’ai récemment enregistré deux arrivées de militants du Pds à Ziguinchor : une première de vingt-cinq personnes, une seconde de quarante.

C’est tout ?

En plus, cinquante deux femmes du Pds à Bignona viennent de me saisir pour dire qu’elles vont rejoindre le Rsd/ Tds. Mais personne ne m’a entendu parler de cela. D’autre part, je répète que je viens de passer quatre jours dans les îles du Karone, et l’ensemble des dix îles que j’ai visitées et qui, pour certaines, avaient voté le Pds, ont rallié notre parti. Par conséquent, en Casamance, le parti grossit plus vite qu’on ne le croit. A ce niveau-là, nous n’avons pas d’inquiétude. Mais, évidemment, le Pds a le contrôle de certains médias et il fait tout un tapage quand trois pelés et deux tondus quittent ailleurs pour le rejoindre.

Que pensez-vous des projets en cours à Ziguinchor ?

Je n’aime pas critiquer successeurs. Mais je souris quand même quand il (L’actuel Maire Abdoulaye Baldé, Ndlr) dit que les projets en cours sont ses projets. Il ne peut pas arriver à la mairie et en un mois avoir des projets qui coûtent douze milliards, ce n’est pas possible. Mieux, c’est moi qui ai signé tous les marchés qui sont en cours. D’ailleurs, nous avons fait le lancement des travaux avant de partir. Malgré tous les efforts qu’ils ont faits pour boycotter le lancement des travaux, l’Union Européenne nous a suivis. Je pense qu’en politique, l’éthique est nécessaire. On ne peut pas se permettre n’importe quoi parce que c’est la politique.

Que pensez-vous du traitement de l’information par la presse régional ?

J’ai toujours dit que je rendais un grand hommage à la presse de la Casamance, en dehors d’un certain X (il le cite nommément par nous taisons son nom en vertu de la confraternité, Ndlr). Je rends quand même hommage à la presse casamançaise, surtout dans la crise casamançaise. J’ai reçu à Dakar vos compatriotes qui ont un projet de formation à Sédhiou. Ils sont venus me voir dans mon bureau à Dakar pour m’en parler. J’ai saisis l’occasion pour leur rendre un grand hommage. Je vous rends le même hommage. La manière dont les journalistes qui sont à Ziguinchor traitent la crise en Casamance, je dis encore en dehors de ce X (Idem) … qui passe complètement à côté, me paraît une très bonne manière. Et c’est très responsable ! Quand des journalistes dérapent, c’est souvent ceux qui ne sont pas d’ici ; ce sont ceux qui sont à Dakar. Ces derniers reprennent mal ce que vous leur envoyez ou alors qui, eux-mêmes, inventent des trucs. C’est mon constat. Mais à chaque fois que la signature de l’un d’entre vous est apparue dans un journal, c’est de manière responsable et c’est toujours juste.

Pourquoi dites-vous cela ?

Je dis qu’il faut toujours informer juste. Quand j’étais au ministère de la communication, j’ai toujours dis qu’il faut informer juste et vrai. Cette expression est de moi. Et, je l’ai dis à vos collègues quand ils sont venus me voir dans mon bureau. Car cette affaire est tellement délicate que les dérapages dans la presse peuvent créer des catastrophes.

Auteur: Propos recueillis par Mohamed FAMA
Date de publication: 2011-06-20 02:42:40
Nombre de réactions:0

Réagir à cet article!
    rss Imprimer cet article Mail

Articles 1 à 10 sur 29
Suivant Dernier

Tous les commentaires
Copyright © 2012 scoopsdeziguinchor.com - Conception & design: Jean Ndiaga Bakhoum - (Digital Video Shop)