• Ziguinchor : Kaguit cadre des Journées de l’Alliance Sénégalo-guinéenne pour la paix et l’intégration le 28 septembre prochain
  • Bassire/Bulu-Ji : En attendant le grand Festival des origines et des arts du Buluf, Aminata Assome Diatta assure avec le Mini festival
  • Adéane/Tournoi Ousmane Ndiaye Compliqué : Retour gagnant de l’enfant prodigue en terre paternelle
  • ZIGUINCHOR - RSD/TDS : Le docteur Moussa Diédhiou se fraye un chemin de sortie
  • ZIGUINCHOR-Grève : le secteur de la santé perturbé les 18-19 et les 25-26 Septembre

Ziguinchor : 33ème édition de la ziarra de Cheikh Mahfouz :l’Etat invité à jouer sa partition

Scoopsdeziguinchor.com : C’est le 17ème jour du mois de Maouloud de 1919 que le guide religieux Cheikh Mahfouz Aidara est rappelé à dieu à Darsalam Cherif dans le département de Bignona. Et pour commémorer cet événement, la famille chérifienne regroupée aujourd’hui autour des petits-fils Cheikh Mahfouz organisera des journées de prières les 13 et 14 mars prochain dans leur fief de Darsalam Chérif. Une date qui coïncide avec la 33ème édition de la ziarra de ce vénéré guide religieux.
testimg1

90 ans après son rappel à Dieu, la mission du fondateur des villages de Binako dans le département de Sédhiou et celui de Darsalam dans le département de Bignona n’en continue pas moins d’être perpétuée par ses descendants. De Sédhiou à Ziguinchor, d’Oussouye à Bignona, ces derniers vont ainsi, comme l’a recommandé le saint homme, continuer l’œuvre accomplie par ce dernier. Il en sera ainsi pendant tout le règne de ses fils. Cheikhna Mohamed Fadel le premier Khalife, Cheikh Abba, Cheikh Khatab, Cheikh Chamsidine et Cheikh Mouhédine Ibn Arab suivront pendant plusieurs décenies la voie tracée par leur défunt et vénéré père Cheikh Mahfouz Aidara.

18 ans de dissensions et de désunion dans la famille chérifienne

Toutefois le Khalifat de Cheikh Mouhédine Ibn Arab qui va duré 18 ans sera marqué au début des années 1990 par des dissensions et une désunion sans précédent au sein de la famille chérifienne. Avec la disparition en 2008, c’est Chérif Atab qui allait lui succéder. Une succession qui inaugure également l’ère du règne des petit-fils au sein de la famille chérifienne. Du coup,c'est toute la descendance de Cheikh Mahfouz, de Darsalam à Binako, de Mahmouda à Daroul Khairi en passant par la Gambie et la Guinée Bissau, qui a à cet effet, retrouvé son unité d’antan. « Tout le monde dans la famille chérifienne a fait acte allégeance au nouveau Khalife » a d’ailleurs indiqué Cherif Bouna Aidara le porte parole du Khalife général dans une déclaration parvenue à la presse ce mercredi. A l’en croire également, cette unité sera d’ailleurs matérialisée lors de la commémoration de la 33ème édition de la ziarra de Cheikh Mahfouz les 13 et 14 mars prochain à Darsalam. Localité qui sera le lieu de convergence de plusieurs disciples qui viendront des quatre coins du Sénégal, de la Gambie, de la guinée-Bissau, de la Mauritanie et du Mali.

L’Etat tarde encore à jouer sa partition

Cet événement qui regroupe donc tous les musulmans des pays limitrophes est d’ailleurs qualifié par les organisateurs comme une grande rencontre de l’islam, de la paix et de l’intégration. Il faut toutefois préciser que pour la famille chérifienne, tout ne va pas comme dans le meilleur des monde. Et pour cause ! « Depuis la disparition de Cherif Samsidine, l’Etat qui naguère faisait des visites de courtoisie au niveau de la famille, n’est plus visible » a soutenu Cherif Bouna Aidara. Et si bon nombre de disciples de Cheikh Mahfouz explique cette situation par la désunion qui habitait la famille chérifienne , d’autres par contre estiment que c’est tout simplement une volonté manifeste de ceux qui nous gouvernent. Le porte parole du Khalife général soutient quant à lui, que cette situation a fait naitre un sentiment de frustration au niveau des villages de Darousalam, Darou-Khair, Mahmouda, Binako et autres localités où vivent les descendants et disciples de Cheikh Mahfouz. « Cette frustration avait poussé certains membres ou disciples de ce dernier à faire des sorties médiatiques pour fustiger l’acte posé par les hautes autorités de ce pays » a-t-il martelé. Avant d’inviter à nouveau l'Etat à jouer sa partition lors de ces grandes rencontres de paix et d’intégration.

Auteur: Tapha I. BADJI
Date de publication: 2009-02-26 11:17:40
Nombre de réactions:0

Réagir à cet article!
    rss Imprimer cet article Mail

Articles 1 à 10 sur 802
Suivant Dernier

Tous les commentaires
Copyright © 2012 scoopsdeziguinchor.com - Conception & design: Jean Ndiaga Bakhoum - (Digital Video Shop)