• SENEGAL, BIGNONA : Un enfant âgé de 3 ans a disparu depuis maintenant 1 semaine. Toutes les forces de l’ordre et de sécurité avec la justice mobilisées pour le « retrouvé vivant ».
  • Bilan de l’ANRAC : les régions de Sédhiou et Kolda quelque peu laissées en rade
  • Voici 45 jours qu’une école de plus de 100 élèves est sans enseignants à Mahmouda Chérif : le Chef de l’Etat est interpellé
  • ZIGUINCHOR – Diabète : plus de 2000 patients suivis et plus de 100 amputations de jambes diabétiques
  • Jean-Marie François BIAGUI : Seule une « Solution Politique et Institutionnelle » au « Problème Casamançais » peut faire émerger une « économie de paix » en Casamance

Pascal Kotimagne Manga : « Moustapha Niasse nous a traités en imbéciles ! »

Scoopsdeziguinchor.Com : Le Rassemblement pour le Socialisme et la démocratie/Takku Défaraat Sénégal (RSD/ TDS) a convoqué sa coordination administrative la semaine dernière à l’effet, entre autres, de remobiliser ses troupes à la base. Beaucoup de responsables y ont pris part. A cette occasion, Pascal Kotimagne Manga, N° 2 de cette formation politique, qui a convoqué ladite rencontre, nous a accordé une interview. Le président de la coordination départementale RSD/TDS d’Oussouye revient, dans cet entretien, sur la vie de leur parti, leur présence dans le Benno Bokk Yaakaar (BBY), des questions d’actualité et leur volonté d’aller aux prochaines Locales, seuls ou en coalition ; excluant, toutefois, d’être dans le Benno Siggil Senegaal (BSS) ni de faire route avec l’AFP de Moustapha Niasse. Entretien…

testimg1

Scoopsdeziguinchor.com : Voudrez vous bien Président de revenir sur l’objet de cette CA ?

Pascal Kotimagne Manga : Depuis les dernières élections présidentielles et législatives, pour bien des raisons, nous n’avons pas pu tenir une rencontre avec la base. Et c’est ce handicap que nous tenons à remonter avec la présente assemblée, pour remercier nos militants de leur mobilisation et par voie de conséquence leur présenter nos sincères excuses. Nous avons à présent l’heureux sentiment que nos militants nous ont bien compris et excusé. Ils sont même allés vite en direction des locales de 2014, ont attiré notre attention avec insistance sur l’impérieuse nécessité de siffler la fin de la récréation et sonné la mobilisation avec comme fer de lance les jeunes et les femmes. Nous y irons seuls ou en coalition, l’essentiel pour nous est de retrouver notre position de leader dans le département.

Cela vous sera-t-il facile vu que la dernière élection présidentielle vous a rétrogradés de la première à la 3e place ?

Avec l’éclatement, beaucoup de militants sont partis ailleurs, les sirènes du parti au pouvoir sont retentissantes. Mais aujourd’hui la tendance s’est tant peu stabilisée et mieux, nous assistons avec satisfaction au retour de certains et même de l’arrivée de nouveaux militants. Nous allons travailler d’arrache-pied à remobiliser et élargir nos bases militantes pour reconquérir notre statut de leader départemental et à défaut d’être parmi les partis les plus représentatifs du département.

L’hypothèse  d’aller en coalition n’est –elle pas une possibilité maigre  au regard de l’implosion certaine de bon nombre de coalitions ?

On ne se fait pas une fixation par rapport aux coalitions, de préférence nous, nous y allons seuls. Et si davantage il est décidé d’y aller en coalition, on est sûr de ne pas y aller les bras ballants. On ira avec tout notre poids électoral qui est dans le département d’Oussouye. Et parlant de coalitions, il faut aussi entendre la possibilité de voir certains partis ou formations politiques faire bloc autour de notre Président  Robert Sagna. L’important est, seul ou en coalitions, nous demeurons dans la mouvance présidentielle.

Quel bilan votre parti le TDS tire t-il de sa présence au sein de la coalition Benno Siggil Sénégal que dirige Moustapha Niasse ?

Nous devrons reconnaître, qu’au sortir de la présidentielle, le Président Macky Sall a fait montre d’une loyauté exemplaire. Il a tenu d’une manière bienveillante à distribuer des quotas de postes ministériels à ses alliés de la coalition Benno Bokk Yakaar. BSS que préside Moustapha Niasse en a quatre, suivie de celle de Tanor qui a trois, Idrissa 4 Président deux, les autres un. Nous avons été amèrement déçus par le Président Niasse qui nous a traités comme de vrais imbéciles. Dans la pénurie des postes à distribuer, il prend pour lui seul deux, alors qu’il était plus judicieux d’attribuer à chaque parti de sa coalition un poste. Mais non, il a considéré qu’on était des imbéciles et il nous a traités comme tel. Encore qu’il n’y a pas que des postes ministériels, il y a des postes de cabinets ministériels à pourvoir. Nous n’avons jamais compris ce comportement. Pire, le Président Niasse est porté à la tête de l’assemblée nationale, une institution qui donne lieu à de milliers de postes de haut niveau comme ceux de conseillers techniques, de directeurs, de chargés de mission. Nous avons été également ici royalement ignorés. C’est fort de cela que nous sommes arrivés à la conclusion évidente que notre compagnonnage politique avec Niasse au sein de la coalition BSS est arrivé à sa fin.  Nous n’osons plus dire à nos militants que nous sommes de la coalition BSS. Cette coalition est à présent derrière nous. Parce que vouloir encore être dans une coalition qui s’appelle BSS dirigée par Moustapha Niasse, lui aurait donné raison de nous avoir traités comme des imbéciles. Et dire combien de fois Robert Sagna s’était investi pour sa candidature au sein BSS au point de nous attirer certains sarcasmes de nos frères socialistes qui pensaient que Niasse nous a achetés. Après il n’a même pas pensé aux jeunes de Robert en vue de leur recasement. Cela a crée une situation d’hémorragie dans nos rangs avec le départ de certains jeunes militants, qui après un combat bien mené pour la victoire de BBY n’ont pas été récompensés.

Visiblement vous êtes très remonté contre Moustapha Niasse, alors que vous venez d’être nommé Président du conseil de surveillance de l’ANRAC, ne pensez vous pas que le Président Niasse y serait pour quelque chose ?

Je dois fortement remercier les Présidents Macky Sall et Robert Sagna. Je dois vous dire que le Président Niasse, en même temps que vous a appris ma nomination à la radio et à la télé. Mon Cv a été déposé sur le bureau du Président Macky Sall en Mai 2012. Le Président Robert Sagna a suivi le dossier jusqu’à ce que le Président Macky Sall se soit engagé à me promouvoir à ce poste. En cela je le suis infiniment redevable.

Dans ce cas, le Président Macky Sall, n’aurait-il pas mieux fait de vous promouvoir à un poste autre que celui de Président de conseil de surveillance de l’ANRAC, une agence qui n’a pas encore engrangé de résultants probants sur le terrain depuis sa création ?

Vous voulez dire qu’il aurait pu me nommer à un poste où tout va bien ! Non, moi j’aime les défis. Quand j’étais Président du conseil régional de Ziguinchor (Ndlr : premier Président), c’était pire, il n’y avait rien, pas de personnel, aucune vision. Mais je pus dire toute modestie à part après des années d’exercice et quand je devais quitter le conseil régional, j’ai laissé une institution digne de ce nom avec une vision et un programme bien nets. Donc si l’ANRAC au départ de ma nomination se portait comme un charme, si elle m’était servie sur un plateau d’argent, cela ne m’aurait intéressé ; parce que dans ce cas là, je n’aurais rien à y faire. A présent, je suis heureux de devoir proposer ma vision qui ne fait qu’une avec celle du Président Macky Sall, une vision tout à fait nouvelle. Il est vrai que le problème de l’ANRAC est celui de n’avoir pas été assez suffisamment connu sur le terrain. En cela, l’ANRAC doit repenser la vision de Macky dont la stratégie en direction de la paix en Casamance, est différente de celle d’Abdoulaye Wade. Et il revient à l’ANRAC de faire corps cette vision novatrice du Président Macky Sall. En réalité, la visibilité de l’ANRAC était son ventre mou. Raison pour laquelle, l’ANRAC était traitée d’arnaque. Il urge d’inverser la tendance en impulsant une bonne perception de l’agence auprès des populations, des bailleurs de fonds et autres partenaires, qui de nos jours sont entrain de se remobiliser autour de l’ANRAC vu qu’ils étaient désengagés. C’est notre rôle de réussir ce challenge avec tous nos collaborateurs, notamment le directeur général.

Où en êtes-vous avec le projet de délocalisation de la direction générale de l’ANRAC de Dakar en Casamance ?

Le conseil de surveillance que je préside a déjà fini de prendre la décision. Il ne reste que la mise en œuvre qui est une affaire du premier ministre qui doit l’accompagner. Nous estimons que la délocalisation est un acte fort qui participe à renforcer notre visibilité et présence en Casamance.

Auteur: Timbis SARR
Date de publication: 2013-03-21 14:25:24
Nombre de réactions:0

Réagir à cet article!
    rss Imprimer cet article Mail

Articles 1 à 10 sur 29
Suivant Dernier

Tous les commentaires
Copyright © 2012 scoopsdeziguinchor.com - Conception & design: Jean Ndiaga Bakhoum - (Digital Video Shop)