• Ziguinchor/Atelier de restitution et de validation des consultations publiques : Pour mieux articuler les préoccupations des populations et des OSC
  • Ziguinchor/Atelier de restitution et de validation des consultations publiques : Pour mieux articuler les préoccupations des populations et des OSC
  • Boutoupa Camaracounda/Finale Zone 6 : La marraine Assome Aminata Diatta mise, la jeunesse gagne
  • Bignona/Thiobon : Eridian étale ses difficultés
  • BRUNO, MON FRERE ! Un Hommage de Pascal Kotimagne Manga

Casamance/Gestion des ressources forestières : Les communautés à la base valident leur survie

Scoopsdeziguinchor.com : Si avec l’action anthropique et les changements climatiques les menaces sont aujourd’hui réelles sur l’environnement, force est de reconnaitre que chez les populations se manifeste également un souci croissant de gestion et de développement durable des ressources forestières et une préoccupation accrue de sauvegarder et de protéger la forêt. Toute chose qui augure une prise en compte sérieuse de cette richesse, gage de survie pour les communautés casamançaises. C’est le cas aujourd’hui à Adéane et à Oulampane deux communes de la région de Ziguinchor où les communautés à la base ont fini de d’adopter et de valider, lors de foras, une convention locale en tant qu’outil de gestion des ressources naturelles. Toutes choses rendues possible par le Catholic Relief Service (CRS) en partenariat avec la Plateforme des Femmes pour la Paix en Casamance (PFPC) et Caritas ; et ce, dans le cadre du Projet Renforcement des Opportunités communautaires pour la paix et l’égalité en Casamance (ROCPE) financé par l’USAID

testimg1

Cette Convention Locale est constitué d’«un ensemble de dispositions locales, conformes aux textes et lois en vigueur, prises de façon consensuelle par tous les acteurs d’une communauté pour assurer une meilleure gestion des ressources naturelles de leur terroir». Une convention mise en branle par le Catholic Relief Service (CRS) qui a signé un partenariat avec la Plateforme des Femmes pour la Paix en Casamance (PFPC) et la Caritas ; et ce en parfaite  collaboration avec les autorités administratives, politiques et les communautés à la base. Et en tant qu’outil de gestion,  elle s’applique en outre sur une zone, des ressources existantes, les espaces notamment des ressources forestières communautaires, les ressources pastorales, agricoles, foncières et hydriques. Telles les communes de Boutoupa Camaracounda et d’Adéane au niveau de l’arrondissement de Niaguis et celle d’Oulampane dans l’arrondissement de Sindian. Des localités où nombreux sont les problèmes constatés dans l’utilisation des ressources naturelles. Car tantôt c’est une incompréhension entre agent étatique et populations, tantôt c’est entre populations que naissent les problèmes ; des  populations qui privilégient le plus souvent le droit d’usage alors que celui-ci  implique devoirs de protection. Des localités où également des efforts sont aujourd’hui entrepris afin de préserver un état favorable de conservation des ressources et de mieux gérer leur exploitation drastique. C’est tout le sens des foras organisées tour à tour à Baghagha dans les commune d’Adéane et d’Oulampane. Des rencontrées présidées par les autorités sous-préfectorales de Niaguis et de Sindian et en présence des maires et élus municipaux d’Adéane et d’Oulampane mais également des partenaires au développement et des responsables du Projet ROCPE.

Ainsi avec la loi 96-06 du 22 mars 96 portant code des collectivités locales mandat a été donné aux collectivités locales de gérer les ressources naturelles et l’environnement en veillant à la protection et à la gestion rationnelle de ces ressources naturelles et de l’environnement. D’où l’adoption les 28 et 29 juin derniers par les  communes d’Adéane et d’Oulampane de la convention locale qui leur permet de réglementer l’accès et l’utilisation de ses ressources naturelles conformément aux différents codes relatifs à la gestion des ressources naturelles que sont : le code de l’environnement, le code forestier, le code de l’élevage, le code de l’eau, le code de la chasse. Face à la presse en marge de l’adoption par son conseil municipal de cette Convention locale, le maire d’Adéane a promis, après cette étape, de s’atteler à l’installation des comités inter-villageois de protection et de surveillance des ressources naturelles. Car Ibrahima Diédhiou est d’avis qu’à ce niveau là, les communautés comprendront davantage que la menace est réelle surtout avec les changements climatiques dont les effets sont plus que manifestes en Casamance. Quid d’Oulampane où la  Convention est née d’un processus que le projet a entamé avec les villages de Djiro et de Grand Coulaye ? Avec 48 villages pour 20 000 habitants, 606 Km2 de superficie avec quatre forêts classées sur les 30 que compte la région, cette commune qui jouxte la Gambie voisine avec qui elle partage 32 Km de frontière est constamment en proie à des actions illicites. C’est pourquoi l’édile d’Oulampane Lansana Sané espère, qu’avec la Convention locale, il y aura désormais zéro feu de brousse surtout avec l’implication, a-t-il dit, du cadre de concertation et des chefs de village présents lors de ce forum de validation ; et ce, de concert avec les comités inter-villageois qui seront mis en place dans le cadre de la protection des ressources naturelles et qui vont travailler, soutient il, avec la mairie et les services étatiques. Le maire d’Adéane Ibrahima Diédhiou et le maire d’Oulampane Lansana Sané s’expliquent !

Les autorités administratives représentées par le sous-préfet de Sindian Moussa Ba et l’adjoint au sous préfet de Niaguis Mamour Sy estiment quant à elles que cette convention va permettre aux populations de mieux comprendre l’utilité et la nécessité de bien protéger leurs forêts dont les ressources sont menacées. Des populations dont la posture sera désormais, selon le sous préfet de Sindian, une posture d’alerte, de surveillance et de préservation des ressources naturelles. Moussa Ba pour qui on peut fonder également un espoir avec cette convention qui a pris en compte les dispositions du code forestier et tout ce qui est législation du code forestier ; et ce avec le concours, a-t-il dit, des services compétents de l’Etat qui sont intervenus dans l’élaboration du document. Mamour Sy l’adjoint au sous préfet de Niaguis qui a magnifié cette belle et noble initiative de CRS et de ses partenaires a de son coté plaidé pour que cette initiative soit une expertise locale qui doit être vulgarisée dans tout l’arrondissement de Niaguis.

Satisfaire les besoins vitaux sans compromettre le potentiel existant. C’est le sens donné à cette convention par les parties prenantes à cette convention ; et au premier chef les communautés à la base. Et pour Louis Michel Atendeng Badji chargé du projet Renforcement des opportunités communautaires pour la paix et l’égalité en Casamance (ROCPE), l’objectif général est d’assurer une conservation et une utilisation durable des ressources naturelles et de l’environnement des localités de ces communes dans une perspective de production de biens et de services afin de satisfaire les besoins actuels et futurs des populations tout en préservant leurs fonctions productives, écologiques et culturelles au profit des populations. Il s’agit en outre de réglementer de manière consensuelle, selon M. Badji, l’accès et l’utilisation des ressources naturelles du terroir villageois ; d’impliquer les populations des villages dans la gestion durable des ressources naturelles de leurs terroirs ; d’amener les populations à un comportement citoyen dans l’utilisation des ressources naturelles ; de permettre chaque acteur des villages d’accéder aux ressources naturelles pour la satisfaction de ses besoins vitaux sans compromettre le potentiel existant et de mettre en place des mécanismes de concertation entre les différents acteurs et assurer une gestion préventive des conflits. Louis Michel Atendeng Badji qui a fait face à la presse en marge des rencontres d’Adéane et d’Oulampane estime que ce projet a privilégié l’approche « people to people » avec des initiatives qui viennent des communautés. Toute qui justifie, a-t-il dit, la mise en place de cette convention qui fait suite, ajoute t il, à plusieurs rencontres de sensibilisation, de renforcement des capacités sur la gestion rationnelle des ressources naturelles. Une approche qui, à l’en croire, aura permis aux communautés de prendre conscience de leur responsabilité face à ceux qui s’adonnent au pillage de leurs ressources et de pouvoir s’impliquer dans le cadre de la protection de ces ressources. 

Auteur: Tapha I. BADJI
Date de publication: 2016-07-05 22:24:00
Nombre de réactions:0

Réagir à cet article!
    rss Imprimer cet article Mail

Articles 1 à 10 sur 64
Suivant Dernier

Tous les commentaires
Copyright © 2012 scoopsdeziguinchor.com - Conception & design: Jean Ndiaga Bakhoum - (Digital Video Shop)