• Bignona/Djignaky : La paix, un acquis de taille !
  • Bignona/Djignaky : Le conseil municipal dégage 3,5 millions FCFA pour la communauté éducative
  • Bignona/Parrainages : La majorité présidentielle élargie à 70,70% de ses objectifs
  • Ziguinchor/Atelier de restitution et de validation des consultations publiques : Pour mieux articuler les préoccupations des populations et des OSC
  • Ziguinchor/Atelier de restitution et de validation des consultations publiques : Pour mieux articuler les préoccupations des populations et des OSC

Législatives 2017 à Oussouye : Exclusivité avec Sékou Sambou

Scoopsdeziguinchor.Com : Il n’est plus à présenter, car l’actuel président du Projet du Pôle de Développement de la Casamance (PPDC), Sékou Sambou est de la vielle garde du landerneau politique national avec un long et précoce militantisme politique qui l’a conduit successivement à And Jef / PADS, PDS, APR YAAKAR. Un militantisme qui lui est loin d’être un long fleuve tranquille. Que d’adversités tendancieuses son parcours politique. Maintenant sa position et son franc-parler il clashe son camarade de parti et du même itinéraire politique du département, le député sortant Aimé Assine, candidat à sa propre succession, candidat Apr de Benno Book Yaakar qu’il conteste et roule pour le candidat de l’Union Citoyenne Bunt- Bi, Edouard Lambal, maire de la commune d’Oussouye et candidat de la coalition Macky 2012. Ces deux coalitions, d’obédience « mackyste », se livrent à un véritable combat dont la victoire de l’un ou de l’autre serait une victoire à la Pyrrhus.

testimg1

M. Sékou Sambou, à quelques jours des élections, votre bilan de parcours de campagne électorale dans le département ?

Un grand marathon pour cette campagne de 21 jours ! Là, on est sur les 200 derniers mètres d’arrivée heureuse car le bilan est largement positif pour nous.

L’APR ici part en campagne en rangs dispersés, Benno Book Yaakar avec le député Aimé Assine, candidat à sa propre succession  d’une part et d’autre une autre liste parallèle que vous soutenez, qui n’est pas APR en tant que telle mais assimilée, comment expliquez-vous cette situation ?

Là, on est vraiment à l’aise, et sans fausse modestie, dans tout ce Sénégal, si j’ai le même âge que quelqu’un, je suis plus ancien que lui en politique. J’ai fait la politique j’avais 13 ans et aujourd’hui j’ai dépassé les 60 ans. Et si je ne suis pas bête je devais avoir une forte expérience politique. Qu’est ce qui s’est passé ? Vous savez vous-même, qu’en 2012, le député Aimé Assine s’est auto- investi. Dans le département d’Oussouye on ne s’est pas réuni pour l’investir. Il s’est auto-investi, soutenu en cela par   le ministre Benoit Sambou chargé des élections au sein de l’Apr et d’Abdoulaye Badji, Directeur du cabinet du Président de la République. Nous avons été mis devant le fait accompli. Les populations mécontentes menaçaient de vote-sanction. Et on est vite intervenu pour les dissuader pour la bonne et simple raison que l’histoire allait retenir que le parti Apr qui est arrivé au pouvoir en 2012 a perdu le poste de député du département d’Oussouye. Et qui étaient les responsables en ce temps-là ; on va me citer, citer Kana, bref tous les responsables du département.  Et c’est pour refuser cette honte que faisant contre mauvaise fortune bon cœur qu’on l’a soutenu et facilement on a gagné haut la main. Mais comme l’appétit venant en mangeant, ils ont récidivé le même coup fourré pendant les locales et toutes les autres élections qui ont eu lieu de 2012 en 2017. Et voyez à part les élections de 2012, nous perdu toutes les autres qui ont suivi, le conseil départemental, le HCCT, les collectivités locales….  Ce n’est pas qu’il ait une liste parallèle de l’Apr, non, les gens font ou entretiennent une confusion grave car il y en a même qui arguent que nous avons quitté l’Apr. Mais c’est archi faux, personnellement je suis membre fondateur de ce parti. Pour un petit rappel, quand nous étions en 2009 à l’Assemblée nationale, quand  le chef de l’Etat d’alors Abdoulaye Wade a fait faire signer une pétition pour la destitution de Macky Sall, je faisais partie des rares députés du Sénégal à refuser de signer cette pétition. Le seul député de la  Casamance à ne l’avoir pas signée, ça vous le savez, et quand la liste des pétitionnaires est sortie,  Aimé pas encore député s’est saisi de cette liste pour faire le tour de la région pour dire qu’on a la preuve  aujourd’hui que Sékou Sambou est avec  Macky Sall parce qu’il n’a pas signé la pétition. Mais en ce moment où est ce qu’ils étaient ces gens-là qui se réclament d’une antériorité ou légitimité historique à l’Apr ?  Donc comme ça s’est répété, vous êtes journaliste dans le département depuis fort longtemps et vous savez bien que depuis 2015, ces populations du Kassa, avaient dit qu’en 2017, tout sauf Aimé et ça aucun membre responsable du parti aucun responsable étatique sérieux ne peut le nier. Alors on sait qu’on va perdre encore ces élections si le coup historique était encore perpétré, on a créé un mouvement dénommé « Macky Yaakaru Kassa MY KASSA ». Donc les membres de ce mouvement ne sont pas des gens qui ont quitté le Président Macky Sall. Mieux, le parrain national de ce mouvement est le frére direct du Président, il s’agit d’Aliou Sall, le parrain régional est Croufia Diawara qui n’a jamais quitté à ce que je sache l’Apr, et au départemental c’est Mamadou Kana Diallo du CESE, toujours un proche de Macky Sall. Voilà les faits historiques et toute la vérité et je dis que comment dire que nous avons quitté l’APR ! Ceux qui le disent sont atteints de cécité politique parce que s’ils connaissaient la politique tant soit peu, ils allaient savoir que les tendances ou les mouvements ont existé au sein d’un même parti partout dans le monde et au Sénégal ça a commencé avec le parti socialiste. Si on interroge l’histoire, elle nous enseignera que la première tendance qui a eu lieu en Casamance, c’était entre Joseph Mathiam et Laye Diop Diatta et c’est au sein du Ps et pourtant en son temps personne n’a dit que l’un ou l’autre a quitté le Ps. La 2e tendance qui a eu lieu dans ce département, c’est en 2007, j’étais en tendance avec le ministre Christian Sina Diatta, cela ne voulait pas dire non plus que moi que j’ai quitté le PDS et Sina non plus. … Pire en son temps, eux ils avaient pris les moyens du parti carrément rejoindre Robert Sagna TDS qui était un parti d’opposition et ont fait campagne avec les moyens de l’Etat dont ils ont bénéficié  et pourtant on n’a jamais dit qu’ils ont quitté le PDS. Cette année, effectivement Aimé Assine et le maire d’Oussouye Edouard Lambal sont en tendance au sein de l’Apr. Le coup de forcing tenté a cette fois-ci échoué. Il n’ ya pas eu d’investiture contrairement à ce que les gens disent. Parce que le Président de la République doublé de Président de Benno Book Yaakar avait envoyé son émissaire qui est le ministre d’Etat, Robert Sagna et le message pouvait se résumer en ceci ; il veut des investitures démocratiques à la base, les candidatures  sont ouvertes, si on  s’entend, il n’y a aucun problème,  et si on ne s’entend pas on passe au vote aux bulletins secrets. Effectivement à l’arrivée on ne s’est pas entendu,  et le blocage venait du camp d’Aimé Assine, car déjà fort du soutien inconditionnel qu’elle allait de nouveau recevoir de Benoit Sambou, d’Abdoulaye Badji, de ses autres soutiens tapis  au sommet l’appareil du parti et de l’Etat. Avec le temps on a appris la leçon et on a su la réciter et même mieux qu’eux, nous aussi, sachant qu’il n’a pas été investi, parce qu’ayant refusé le jeu démocratique, nous avons trouvé un moyen  de se faire investir dans le cadre de la liste Macky 2012, voilà la réalité

Est-ce votre parade pour le contrer ?

Effectivement c’est notre parade. Ibrahima Boye qui a créé le parti BUNT –Bi, contrairement à ce qui se dit, est conseiller économique social et environnemental .il est membre de la coalition Macky 2012. Ce jeune que nous accompagnons aujourd’hui, par manque d’expérience, avait voulu même se faire investir dans la liste du Dr Tété Diédhiou, nous les anciens pétris d’expériences modestie à part, avions estimé que ce n’était pas juste et judicieux car partir avec le Dr Tété Diédhiou serait viré à l’opposition. C’est ainsi qu’on a proposé un parti de la coalition Macky 2012.  Du coup l’honorable député Aimé Assine est investi par Benno Book Yaakaar, là-dessus aucun doute, quant à nous,  ce n’est pas le cas pour des raisons sus-indiquées, nous avons été  plutôt investis par Macky 2012. Or Macky 2012 a la légitimité historique sur BBY car l’ayant préexisté. Supposons qu’il s’il  n’y avait pas Macky 2012, très probablement le candidat Macky Sall ne serait pas passé au 2e tour et s’il n’y avait pas ce 2e tour, sans doute qu’il n’y aurait pas de coalition Benno Book Yaakar, c’est une question de bon sens voyons !  Donc vous ne voyez pas de listes parallèles mais juste concurrentes au sein du même parti qu’est l’Apr. Ainsi le 30 juillet, les populations mécontentes contre le candidat sortant et candidat de fait à sa propre succession, au lieu de procéder au vote sanction contre le député Aimé Assine qui n’a rien fait dans le département, car il a failli à sa mission de député. Au lieu que ces gens-là votent pour l’apposition, nous leur avons donné l’occasion de voter pour le Président de la République. Aimé Assine dès qu’il a été élu député, c’est moi-même qui ai incontestablement financé sa campagne électorale  en 2012, les témoins sont là, Judith Diagne ex sénatrice, Mamadou Kana Diallo, trésorier du parti en 2012, Pascal Kotimagne Manga, actuel Président de conseil de surveillance de l’ANRAC, donc on n’est pas contre lui. Seulement si on laisse ce redoutable et solitaire »roi »à tout faire, on n’aura plus personne avec nous et le Président de la République qui aime bien la Casamance, et notamment le département d’Oussouye qu’il a bien choyé,  pourrait finir par dire que oui, toujours Oussouye perd donc Oussouye est contre moi, alors que ce n’est pas le cas , c’est même loin d’étre le cas, Oussouye est département digne et reconnaissant. Ce qu’on reproche à Aimé Assine ce n’est pas sa personne mais son comportement, quand un député va à l’assemblée nationale pendant cinq ans, les populations ne l’ont jamais entendu prendre la parole pour porter leurs doléances. Certains reprochent au député de n’avoir rien réalisé, sur ce, je ne suis pas d’accord, car le député ne peut rien réaliser, il n’a aucun budget, contrairement à ce qu’il dit partout c’est moi qui vous ai amené le courant, l’eau, les bourses sociales et que si vous ne votez pas pour moi je vais supprimer ceci ou je couperai cela, c’est une aberration, et il sait bien qu’il est incapable de le faire. De tels propos ne sont pas ceux d’un élu vis-à-vis de son peuple.

Etes-vous sûrs et certains de triompher de cette dualité Apr-Apériste au soir du 30 juillet ?

Tout à fait, et cela ne relève pas d’un optimisme béat. Déjà avant la campagne avec notre mouvement nous avions sillonné 80% des villages du département et partout nous avons entendu le même langage, « si vous investissez Aimé, on va sanctionner le parti «. Et au jour d’aujourd’hui à l’occasion de cette campagne nous avons fait plus de 95% des villages du département on a détecté des signes révélateurs ; pourquoi le député sortant ne s’est pas rendu dans certains de ces villages pour battre campagne ? Parce que simplement il a peur de s’y rendre.  Je prends un exemple bien précis, quand certains maires qui lui sont favorables, disent aux populations, oui, si vous ne votez pas pour Aimé Assine nous, allons être dégommés en 2019. Comme c’est leur mentor ils sont conscients que sa chute sera la leur et à coup sûr il va chuter le jour j. Quand ils vont en campagne électorale, ils s’empressent de s’approprier des grandes réalisations du Président Macky Sall dans le département mais les gens ne sont pas dupes ils savent bien faire la part des choses. Je suis un homme des arts martiaux, on sait faire la parade et donner un coup pour envoyer son adversaire au tapis ou chez Ardo.

Quel scenario envisageriez-vous en cas de votre défaite devant Aimé Assine ?

Pas de souci, on s’est battu, on est tombé, c’est tout, ainsi va la vie

Ne redoutez-vous pas de l’épée de Damoclès ?

Pas du tout, si vous faites allusion à mon éventuelle exclusion  du PPDC au cas où ! Non pas de péril en la demeure car mon remplaçant a été choisi il y a deux ans d’ailleurs par quelqu’un. Aimé Assine avait dit haut et fort qu’il ne compte pas sur le PPDC pour développer la Casamance. Il s’est fourvoyé une fois de plus, j’ai amené les réalisations du PPDC  qui ne sont pas les miennes mais celles du Président de la république intégrées dans le cadre du PSE. Je suis déjà à la retraite et voilà trois ans que je suis au PPDC. Si ça s’arrêterait aujourd’hui je n’aurais remercié jamais assez le Président Macky Sall. Il n’était pas obligé de me nommer à poste je ne suis pas le meilleur fils de la Casamance, encore le meilleurs fils du Sénégal, car il n’est pas dit que forcément c’est un fils de la Casamance qui doit occuper ce poste.  J’avais même demandé aux autorités de me placer sous contact annuel, si le bilan est positif on le renouvelle sinon elles me renvoient au lieu d’atteindre jusqu’à la fin de 2019 pour constater et s’il ya échec cela remontrer la Casamance à 25 ans en arrière. Or la Casamance vaut mieux que ma modeste personne. Et aujourd’hui, le président de la république venait à mettre fin à mes fonctions parce que on avait voulu être pour le parti ce que Moise fut pour le peuple hébreux, le préserver du naufrage en vue consécutif au vote- sanction, si cette parade arrivait à échouer, on se remet à Dieu, car on serait trompé de bonne foi, on assume.

Pour ces législatives au niveau départemental et en dehors de Aimé, beaucoup de prétendants sont en lice, ça ne vous fait pas peur ?

Oui au total y a 22 candidats pour le département.  Je les classe en 3 catégories,  la première catégorie dangereuse et à ne jamais donner de voix sont des candidats de l’opposition. Ils cherchent à aller à l’assemblée pour essayer de bloquer les projets du président de la république. Me Abdoulaye Wade nous a valu toutes les souffrances. Il a perdu les élections présidentielles en 2012 et depuis lors il a quitté ce pays et pourtant personne ne lui a interdit ce pays, librement il a choisi d’aller s’installer en France  durant ces cinq ans et s’il aimait tant le Sénégal comme il le prétend pourquoi l’avoir abandonné de la sorte. Que cherche-t-il au juste, rien d’autre que d’avoir la majorité parlementaire en vue de voter une loi d’amnistie de son fils qui jusqu’ici ne bénéficie que de la grâce présidentielle.  Bloquer le fonctionnement du gouvernement en refusant par exemple de voter la loi des finances, les fonctionnaires ne seront pas payés les réalisations bloquées, le soulèvement populaire en vue. C’est le but recherché par cette opposition là mais ce ne passera pas car les belles réalisations du Président Macky Sall en sont sa curasse.

Pour terminer, cette fois ci, on votera avec des permis, des passeports… n’est-ce pas une nouveauté électorale insolite au Sénégal ?

Les gens avaient pensé que tout le monde à l’heure-là disposerait de sa carte d’identité biométrique, mais l’homme propose et Dieu dispose, ce n’est pas faute, au Président de la République si la machine s’est grippée et qu’aujourd’hui si tout le monde n’a pas pu entrer en détention de sa carte.  Ces sénégalais qui ont ce droit et non un  devoir, et qui entendent le faire valoir et qui malheureusement pour une question de machine, que vont-ils faire, ils seront privés de leur droit de vote rien que pour cela ?  Des mesures d’identification et  de sécurisation sont prises pour garantir  la sincérité du scrutin. La démocratie au Sénégal est d’une tradition multiséculaire, personne ne s’aventurerait à la faire reculer, ce n’est pas possible.

Propos recueillis par Timbis SARR

Auteur: Timbis SARR
Date de publication: 2017-07-28 19:04:27
Nombre de réactions:0

Réagir à cet article!
    rss Imprimer cet article Mail

Articles 1 à 10 sur 15
Suivant Dernier

Tous les commentaires
Copyright © 2012 scoopsdeziguinchor.com - Conception & design: Jean Ndiaga Bakhoum - (Digital Video Shop)