• Casamance/Balonguine : Robert Sagna valide le Djamoral et livre ses vérités !
  • FONGIP : LA MUTATION INSTITUTIONNELLE LANCÉE
  • Kolda/Politique : Fabouly Gay rejoint Macky
  • Casamance/Tourisme : Mamadou Racine Sy plaide pour la promotion de la destination Casamance
  • Ziguinchor/Don de lunettes : Les bénéficiaires valident ce geste de haute portée humanitaire

Ziguinchor/UASZ : La Reine d’Espagne donne le la pour la croisade contre l’Excision

Scoopsdeziguinchor.com : Les locaux de l’UFR des Sciences de la santé de l’Université Assane Seck de Ziguinchor (UASZ) ont accueilli le mercredi dernier la Reine d’Espagne. Sa Majesté  Letizia Ortiz Rocasolano accompagnée du ministre de l’Economie Solidaire et de la Microfinance Aminata Angelique Mange était à Ziguinchor pour participer au lancement du projet de renforcement des capacités du personnel de santé pour la réduction de l’excision en Casamance

testimg1

Outre le ministre de l’Economie Solidaire et de la Microfinance Aminata Angélique Manga, la Reine Letizia Ortiz était accompagnée dans la capitale du sud par Fernando Garcia Casas, secrétaire d'Etat pour la Coopération internationale, l’Amérique latine et les Caraïbes, ainsi que de Cristina Diaz, la directrice de la coopération avec l'Afrique et l'Asie de l’AECID (Agence espagnole de la coopération au développement). A Ziguinchor sa Majesté était venue voir le travail mené sur place par la Coopération espagnole au Sénégal ; une coopération qui a trait à la promotion de la gouvernance démocratique, au développement rural, à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, aux droits des femmes et à l'égalité des sexes.   Et par rapport aux droits des femmes, tout le monde s’accorde aujourd’hui que l’excision est devenue un problème de santé publique en Casamance notamment pour l’enfant et sa mère (35% des populations de la région de Ziguinchor sont concernées par l’excision, 53% dans la région de Sédhiou et 45% dans la région de Kolda). De quoi pousser la Reine d’Espagne Sa Majesté Letizia Ortiz, consciente également de la montée des périls, a lancé un projet de « Renforcement des capacités du personnel de santé pour la réduction de l’excision en Casamance ». Un projet dont les principales bénéficiaires constituent les populations de la région naturelle de Casamance  très touchées par les conséquences de l’excision.

Ce projet prévue pour deux (02) ans, d’une valeur de 189 200 Euros soit 122 980 000 FCFA, totalement pris en charge par la Coopération Espagnole sera exécuté par de l’UFR des Sciences de la santé de  l’Université Assane Seck de Ziguinchor (UASZ). L’UASZ dont la contribution se fera en termes de matériel, de logistique et surtout de ressources humaines de qualité dans l’exécution de ce projet qui permettra  à nos doctorants d’approfondir la recherche dans le domaine de l’excision. Interpellé par la presse en marge de cette cérémonie de lancement du projet par la Reine d’Espagne, le recteur de l’UASZ s’est réjoui de l’honneur fait par la Reine d’Espagne à la jeune institution universitaire qu’est l’UASZ à travers cette visite. Toute chose qui est l’aboutissement, selon lui, des efforts des uns et des autres, les efforts de la toute la communauté universitaire. Kéba Courfia Diawara a fait également de la forte contribution (189 200 Euros) consentie par la coopération espagnole mise à la disposition de l’UASZ pour l’éradication de l’excision en Casamance. Le Recteur de l’UASZ qui est aussi d’avis qu’une telle visite constitue un signal fort à l’endroit de la communauté internationale par rapport à la voie du développement, de l’émergence dont la Casamance s’est inscrite.

Le Professeur Alassane Diatta agrégé en biochimie, médecin biologiste docteur es sciences, directeur de l’UFR santé de l’UASZ s’est dit heureux à son tour d’accueillir sa majesté dans le cadre du lancement de ce projet sur les mutilations génitales féminines. L’universitaire a ensuite rappelé que les mutilations génitales féminines causent d’énormes problèmes dans nos sociétés. Il s’agit donc à travers ce projet d’apporter une touche médicale à ce problème, de pouvoir évaluer les complications liées aux mutilations génitales féminines mais aussi capacité les étudiants futurs médecins qui vont intégrer ces cas dans la formation du corps médical, a-t-il laissé entendre.

Auteur: Tapha I. BADJI
Date de publication: 2017-12-18 18:28:23
Nombre de réactions:0

Réagir à cet article!
    rss Imprimer cet article Mail

Articles 1 à 10 sur 142
Suivant Dernier

Tous les commentaires
Copyright © 2012 scoopsdeziguinchor.com - Conception & design: Jean Ndiaga Bakhoum - (Digital Video Shop)