• TENDOUCK : MARCHE DE PROTESTATION CONTRE LA FERMETURE DES ROBINETS
  • ZIGUINCHOR/CMU : Sit-in et brassards rouges des agents de santé pour 14 mois de factures impayées
  • Sédhiou : Marsassoum rend hommage au Pr Assane Seck
  • Signature de convention ANRAC / ANCAR
  • Communiqué de l´ICL L´Internationale Casamançaise pour la Liberté

Ziguinchor/Enquête sur la tuerie de Bofa : Voici la communication du procureur de la république Alioune Abdoulaye Sylla

scoopsdeziguinchor.com : La Cour d’Appel de Ziguinchor a été le cadre ce jeudi d’une conférence de presse conjointe du procureur de la république près le Tribunal de grande instance de Ziguinchor Alioune Abdoulaye Sylla et du chef de la section de recherche de la gendarmerie nationale le lieutenant-colonel Issa Diack. Voici l’intégralité de la communication du procureur de la république Alioune Abdoulaye Sylla !

testimg1

Je voudrais commencer ce point de presse en présentant mes condoléances à toute la nation et à toutes les personnes qui ont perdu un parent ou un proche dans cette tragédie de la forêt de Bayotte-Est.  

Dans le courant du mois de novembre 2017, deux plaintes pour coups et blessures volontaires ayant entraîné des incapacités temporaires de travail respectives de 60 et de 10 jours avaient été déposés par deux exploitants forestiers au parquet du tribunal de grande instance (TGI) de Ziguinchor.  

L’enquête qui en avait résulté avait permis l'arrestation de quatre individus présumés appartenir à un comité de vigilance qui avaient été jugés et condamnés à une peine d'emprisonnement d'un mois sur le fondement de l'article 294 du code pénal qui sanctionne les faits incriminés d'une peine allant d'un an a cinq ans.  

Il est important de préciser que la juridiction correctionnelle inscrivait cette peine d'une relative clémence dans une logique d'apaisement justifiée par une dynamique de rapprochement des parties évoluant toutes au sein d'une seule et même communauté ;  

Par ailleurs le ministère public n’avait pas initié des poursuites contre les plaignants, en raison de la nature des faits qui, auraient en tout état de cause,  nécessité une saisine préalable du directeur des Eaux et forêts ou de son représentant pour que des poursuites soient envisageables et recevables conformément aux articles L18 et 21 du code forestier.  

Le 06 janvier 2018, soit une semaine après la libération des prévenus qui avaient été condamnés, une vingtaine de personnes avait été capturée par des assaillants armés, dans la forêt de Bayotte-Est et 14 parmi elles avaient été abattus de sang-froid tandis que 07 s'en sortaient avec des blessures.  

Une enquête a été immédiatement ouverte.   La prise en main de enquête par la gendarmerie nationale sous la direction du procureur de la république a très vite permis une avancée significative dans les investigations.  

La synthèse des informations recueillies par des moyens humains et techniques par la section de recherches a vite mené vers des pistes qui convergent toutes vers des personnes de la localité et vers un cantonnement d'une faction.  

Les premières auditions réalisées et les données techniques recueillies ont donné une tournure décisive à l'enquête.  

En effet il résulte de certaines déclarations que l'attaque du 6 janvier 2018 a été planifié et exécuté par une personne dont nous tairons le nom pour le compte de deux villages de la localité. La décision a été prise lors d'une réunion et l'opération a été menée par des personnes de la localité avec un renfort d'hommes sous les ordres d'un lieutenant d'une faction qui s’est déplacé spécialement pour l'exécution de la tâche.  

A cette fin une partie des armes, munitions et tenues serait venue des bases d'un front. Le reste de la logistique était détenu par des personnes habitant la localité.  

Après une identification des personnes supposées avoir pris une part active à la tuerie par des moyens précités, la section de recherches appuyée par le GIGN et la LGI a mené avec succès une opération ayant permis l’interpellation d'une vingtaine de personnes parmi les cibles prioritaires.  

La suite de l'enquête a permis d'identifier et de garder à vue celui qui aurait planifié toute l'opération et 15 autres personnes supposées avoir pris une part active dans les faits objet de la présente procédure.  

Les autres (9) ont été libérées fautes de charges suffisantes à ce stade de la procédure.  

Une information judiciaire a été ouverte et le juge d’instruction saisi sous les préventions d’association de malfaiteurs, participation à un mouvement insurrectionnel, assassinat,  tentative d'assassinat, détention d'armes sans autorisation administrative, coups et blessures volontaires, vols en réunion et le mandat de dépôt requis.  

Le juge instruction après les avoir inculpées les a placées sous mandat de dépôt.  

Le même jour une délégation judicaire prise par le juge d’instruction a permis pour le moment l’interpellation de 08 autres personnes qui lui ont été présentées avant-hier avant d’être inculpées et placées sous mandat de dépôt. L’information judicaire suit son cours.  

Pour conclure je voudrais remercier tous ceux qui ont apporté leur expertise à cette procédure et rendre un hommage mérité à la gendarmerie nationale en général et à la section de recherches dirigée par le colonel Issa Diack et son équipe en particulier pour leur professionnalisme, leur efficacité, leur discrétion et leur sens du devoir qui nous a permis de réaliser en un temps record les résultats que nous avons pu obtenir dans le strict respect de la procédure pénale, de la dignité humaine et des droits humains.

Auteur: La Rédaction
Date de publication: 2018-01-25 23:04:16
Nombre de réactions:0

Réagir à cet article!
    rss Imprimer cet article Mail

Articles 1 à 10 sur 768
Suivant Dernier

Tous les commentaires
Copyright © 2012 scoopsdeziguinchor.com - Conception & design: Jean Ndiaga Bakhoum - (Digital Video Shop)