• Ziguinchor/Anacarde : 1500 tonnes transportées à partir du port de Ziguinchor
  • Ziguinchor/Forum : Lyndiane expose ses maux
  • Ziguinchor/Forum : Lyndiane expose ses maux
  • Ziguinchor/ONPN : 47 pupilles de la nation capacités pour une réussite aux examens
  • Casamance/USAID Unaam Kayraay : Engager la Société civile dans le maintien de la paix en Casamance

Bignona/Bandjikaki : L’ADBA pose les jalons pour l’autonomisation des femmes et l’emploi des jeunes

Scoopsdeziguinchor.com : Jadis confrontée à une multitude de contraintes multiformes, Bandjikaki veut irrésistiblement amorcer son développement. Une volonté réitérée le 31 mars dernier à l’occasion du déroulement des activités de la 5ème Edition de ses journées culturelles et  économiques initiée par l’Action pour le Développement de Bandjikaki (ADBA) ; et une volonté manifeste à travers une palette de réalisations et de projets mis en branle ces dernières années au niveau de cette localité de la commune de Kataba I à riches potentialités économiques mais longtemps laissée en rade par les politiques publiques

testimg1

Ces manifestations culturelles et économiques étalées sur 3 jours furent l’occasion pour l’Action pour le Développement de Bandjikaki (ADBA) structure présidée par Sékou Badji de se féliciter de l’élan de développement impulsé au niveau de Bandjikaki, localité carrefour à cheval entre les communes de Kataba I, de Diouloulou et de Kafountine. Une localité qui revit et qui entend le démontrer à sa manière avec ces journées culturelles et économiques à forts relents festifs. Une démarche qui, de l’avis de Sékou Badji, implique tous les fils du terroir pour l’amélioration de leur niveau de vie et l’émergence de leur localité confrontée des décennies durant à un déclin progressif du fait de la crise casamançaise. La cérémonie officielle organisée à la Place publique du village et présidée par l’édile de Kataba I Ablaye Badji fut une nouvelle fois l’occasion pour toutes les composantes de la population de Bandjikaki d’afficher leur unité, leur commun vouloir de vie commune tout en s’engageant et en s’orientant vers la seule option qui vaille : celle de l’émergence de Bandjikaki, une localité jadis dépourvue de tout et dont le quotidien des populations rimait avec pauvreté.

Et c’est d’ailleurs pour enrayer ce processus et s’inscrire dans un nouveau tournant, celui du développement économique, que l’ADBA mise sur les fonds baptismaux en 2008 s’est engagée dans le cadre de la matérialisation d’un hub horticole qui trouve toute sa justification dans le fait que cette localité dispose de terres fertiles et regorge de potentialités énormes sur le plan arboricole et horticole mais aussi du point de vue de son potentiel hydrologique. Et pour le président de l’ADBA, c’est dans cette optique que plusieurs projets ainsi que des activités génératrices de revenus sont aujourd’hui mis en branle au niveau de Bandjikaki et qui vont contribuer à l'amélioration des conditions de vie et d'existence des populations. C’est le cas de l’aménagement d’un bloc blocs maraicher au profit des femmes d'une superficie de 2,5 ha ; un projet porté par l’ADBA en partenariat avec la jeunesse et le groupement des femmes de Bandjikaki. Toute chose qui a de réjouir Awa Coly la présidente des femmes de Bandjikaki qui magnifie ici l'importance de ce projet.

Et en plus de ce bloc maraicher, les populations de Bandjikaki ont mis à profit ces journées pour exhiber d’autres projets. Tel le projet structurant qui va permettre l’implantation depuis ce 1er avril d’un marché ; un cadre pour la commercialisation des produits du bloc maraicher. A coté de ce projet il y a un autre projet initié par le PPDC au profit de Bandjikaki. Il s’agit d’une plateforme de commercialisation des fruits qui va s’articuler au projet de marché mis en place et à celui du bloc maraicher. Le PAPEJ également a initié au profit des jeunes et des femmes un autre projet important qui va permettre à Bandjikaki et aux villages environnants de trouver un cadre de transformation de l’huile de palme et de l’huile de palmiste. Pour le président de l’ADBA Sékou Badji, ces projets vont non seulement générer des revenus pour les femmes mais offrir de l’emploi pour les jeunes qui vont mener des activités dans le périmètre maraicher et dans tous les autres projets. « Compte tenu du potentiel socioéconomique de la zone nous avons entrepris ce projet dans le but d’autonomiser les femmes en leur permettant de développer des activités génératrices de revenus » a indiqué Sékou Badji. Pour qui, il y a d’ailleurs une perspective de développer des activités d’aviculture, d’élevage de mouton, de bœuf et de l’apiculture. « C’est une zone économique et la proximité des marchés de Kafountine, de Bignona, de Ziguinchor et de la Gambie offre un potentiel qui permet aux populations de gagner beaucoup de revenus » a-t-il soutenu face à la presse. Et c’est également dans le cadre de ce projet de bloc maraicher que l’ADBA a, ajoute-t-il, sollicité l’Office nationale de la Formation Professionnelle (ONFP) pour la formation de 100 femmes de Bandjikaki en techniques maraichères et dans le cadre de leur autonomisation. Sekou Badji !

Avec ces journées culturelles et économiques, la structure villageoise mène en outre des réflexions et initie des projets de développement pour abréger les souffrances de ses populations longtemps laissées en rade par les politiques publiques. C’est dire que pour le président de l’ADBA, tous ces projets vont, au-delà de la génération de revenus conséquents, contribuer aussi à lutter contre l’exode des jeunes. Une dynamique qui risque toutefois d’être annihiler par le probléme d’accés à l’eau qui se avec acuité au niveau de Bandjikaki et de ses environs, a-t-il dit. «90% des populations de cette zone pratiquent l’arboriculture ; une activité qui exige un accès à l’eau. La présence ici d’un forage pourra aider les populations à davantage produire et contribuer au PSE que le président de la république a initié pour le Sénégal » a-t-il soutenu. Ainsi pour le président de l’ADBA la matérialisation d’un tel dessein passe par l’implantation d’un forage multi-village dans la zone d’ailleurs prévu, souligne-t-il, par le conseil municipal dans le cadre de son projet de développement stratégique. Car si l’Etat veut fixer les jeunes au niveau de ces terroirs et combattre et freiner l’immigration clandestine et irrégulière au niveau de ces contrées il doit aider les populations à avoir accés à l’eau, soutient-il, afin de développer l’agriculture à travers l’implantation d’un forage mais aussi la formation et la qualification des jeunes et des femmes afin de leur permettre d’avoir des revenus conséquents et de se fixer dans leurs terroirs . « Des jeunes vont en Espagne pour la cueillette des fruits ; et ici avec 2 ha vous êtes sortis de la pauvreté avec les revenus conséquents que vous pouvez générer avec l’arboriculture » argue Sékou Badji.

Auteur: Tapha I. BADJI
Date de publication: 2018-04-09 03:12:15
Nombre de réactions:0

Réagir à cet article!
    rss Imprimer cet article Mail

Articles 1 à 10 sur 447
Suivant Dernier

Tous les commentaires
Copyright © 2012 scoopsdeziguinchor.com - Conception & design: Jean Ndiaga Bakhoum - (Digital Video Shop)