• Ziguinchor/Covid 19 : Un nouveau cas communautaire enregistré
  • Casamance/Tourisme : Six receptifs hoteliers financés à hauteur de 194 millions FCFA
  • Boutoupa Camaracounda/Malang Gassama maire de la commune : « Les populations vivent dans un environnement socioéconomique déprimé par la crise casamançaise »
  • Ziguinchor/Riposte Covid 19 : Le Directeur du CROUS le Pr Mamadou Diombera contribue à l’effort de guerre
  • Ziguinchor/Covid 19 : L’UR Santa Yalla et « NOUS CIMS » pactisent pour la bonne cause

Message à la nation du président de la République, certains Sénégalais se désolent

Scoopsdeziguinchor.com : Le discours du président de la République prononcé ce lundi 11 mai n’a pas laissé indifférent bon nombre de Sénégalais qui fustigent en bloc toutes les nouvelles décisions et mesures prises pour lutter contre le coronavirus. Des décisions et mesures qu’ils qualifient de nulles et non avenues.
testimg1

Après plus de deux mois de couvre-feu et d’état d’urgence, le président de la République du Sénégal, Macky Sall s’est adressé à la Nation à travers un discours qui a duré plus de vingt minutes d’horloge. Dans son discours, le président de la République est revenu sur plusieurs décisions et mesures prises lors de sa première sortie du 23 mars dernier, notamment le couvre-feu qui démarrait à vingt heures pour se terminer à six heures du matin et repoussé à 21 heures pour se terminer à cinq heures ; les lieux de culte qui étaient complètement fermés, sont rouverts, les marchés qui fonctionnaient tous les jours, vont désormais fonctionner six jours dans la semaine et resteront fermés un jour dédié au nettoiement ; les écoles vont rouvrir le 2 juin pour les classes d’examens notamment les CM2, les 3ème et les terminales ; l’ouvertures des marchés hebdomadaires dans les limites de chaque département ; les bureaux de 9 heures à 16 heures et la possibilité de rapatrier les corps des Sénégalais décédés à l’extérieur du coronavirus par les familles qui le désirent. De nouvelles mesures qu’il qualifie de restrictives visant à limiter la circulation du virus

Des décisions et mesures que bon nombre de Sénégalais ont fustigées et qualifiées de nulles et non avenues. Selon ces Sénégalais, au moment où le président de la République prenait ces décisions et mesures, le Sénégalais avait moins de dix cas de contamination à la covid 19 et n’avait pas enregistré également de décès, disent-ils. Et malgré toutes ces décisions et mesures prises, ça n’a pas empêché la maladie d’évoluer. Ils se demandent si s’étaient des mesures efficaces ou qu’il fallait ?

Aujourd’hui que le pays compte plus de mille personnes contaminées et dix-neuf cas de décès enregistrés, avec le personnel de santé même, contaminé, ils attendaient que le président corse les mesures pour mettre les Sénégalais à l’abri. Malheureusement disent-ils, «il a tout simplement exposé leur vie que de parler d’assouplissement de mesures».

Ces Sénégalais expriment leur inquiétude et voient un lendemain sombre pour les populations. Au vu et au su de l’évolution de la maladie dans le pays, ils invitent chacun et chacune à prendre ses responsabilités et celles de sa famille pour combattre la maladie. Car c’est de ça qu’il s’agit maintenant, concluent-ils.

Si la communauté musulmane se jouit avec la réouverture des lieux de culte, celle chrétienne par contre joue à la prudence. D’ailleurs quelques heures après le message du chef de l’Etat, l’église catholique par l’intermédiaire de Monseigneur André Gueye, Évêque de Thiès, sort un communiqué dans lequel il informe à ses fidèles que la décision du président de la République d’ouvrir les lieux de culte ne signifie pas la reprise des célébrations publiques avec la présence du peuple. Il demande à ces fidèles d’attendre le communiqué des Évêques de la Province ecclésiastique de Dakar, avant toute initiative. Donc la suspension des célébrations à caractère public est encore de rigueur.

Autre couche de la société qui foule du pied les décisions du président, les chauffeurs du transport inter urbain qui se demandent s’ils ne sont pas des sénégalais bon teint. Aucun assouplissement de mesure à leur encontre. Une décision qui ne trouve pas d’explication disent-ils, car « comment peut- on ouvrir les marchés hebdomadaires et les écoles alors que le secteur du transport ne fonctionne pas ? Qui va transporter les clients, les vendeurs et les élèves ?

Auteur: Sana SADIO
Date de publication: 2020-05-12 09:37:48
Nombre de réactions:0

Réagir à cet article!
    rss Imprimer cet article Mail

Articles 1 à 10 sur 180
Suivant Dernier

Tous les commentaires
Copyright © 2012 scoopsdeziguinchor.com - Conception & design: Jean Ndiaga Bakhoum - (Digital Video Shop)