• Oussouye/Entente-Gescod : Un dispositif pilote d’assainissement, pour une économie verte et durable
  • Bignona/Mangoulé : Direct Aid injecte près de 25 millions pour soulager des communautés
  • Mpack/Défilé du 4 avril : L’Ecole de Kung Fu Lami I Ka en mode démonstration
  • Niaguis/Boutoupa Camaracounda : Retour en images sur le défilé du 4 avril à Mpack
  • Ziguinchor : Assome Aminata Diatta ministre du commerce et des PME

Ziguinchor : Croisade de l’ONG AWOMI contre la féminisation de la pauvreté

Scoopsdeziguinchor.Com :18 associations de femmes venant de 10 régions du pays sont en conclave depuis ce dimanche dans la capitale du sud. Ce forum organisé par l’Initiative du Millénaire des Femmes Africaines contre la Pauvreté et pour les Droits humains (AWOMI/IFAPED) s’inscrit dans le cadre du lancement du programme WEFU, le Fonds pour le Renforcement des Opportunités et du plaidoyer . Et ce, en direction des droits économiques et sociaux
testimg1 C’est au total 38 femmes représentantes de 18 associations de 10 régions du Sénégal qui vont être ainsi formées pendant cinq jours en budgétisation sensible genre, sur le plaidoyer, le leadership et les techniques de communication. Pour Salimata Bocoum la coordonnatrice régional de l’ONG AWOMI basée à Dakar et initiatrice de cet atelier de formation, le micro crédit qui appauvrit plus les femmes qu’il ne les enrichit a fini de montrer ses limites. Il ne suffit plus donc, à l’en croire, de donner seulement de l’argent aux femmes. « Mais il faut les accompagner, les aider, en renforçant leurs capacités économiques et à développer également leurs capacités de plaidoyer » a-t-elle indiqué. D’ailleurs la coordonnatrice régionale d’AWOMI a fait état du lancement au cours de cet atelier de l’outil Accountability tracking. Cet outil, l’obligation de rendre compte en français, va, selon elle, concerner un module de formation durant cet atelier. Salimata Bocoum est d’avis qu’il Il y a beaucoup de convention, de protocole, des engagements qui ont été pris par nos dirigeants et qui, en réalité, ne sont pas souvent mis en œuvre correctement. « On s’est dit que Les femmes sont mieux placées que quiconque pour faire le suivi et l’évaluation de ces engagements » a-t-elle souligné. Face à la presse, la coordonnatrice d’AWOMI au Sénégal a aussi soutenu qu’il faut aujourd’hui mener les femmes à lutter pour la réalisation de leurs droits économiques et sociaux. Et pour ce faire, il urge selon elle de les laisser s’exprimer elles-mêmes. « On a assez de parler au nom des femmes, elles doivent parler pour elles mêmes. Et les femmes qui sont là sont capables de le faire. On va juste les accompagner, échanger avec elles et elles pourront faire leurs propres plaidoyer » a déclaré Salimata Bocoum. Et pour qui, ces femmes ont d’ailleurs, pour cet atelier, choisi des thèmes qui les concernent le plus. D’autant plus qu’à ses yeux, beaucoup d’organisations présentes ici travaillent sur la santé, l’accès à l’eau, la violence faite aux femmes, l’assainissement et l’accès aux ressources financières. « Elles connaissent donc leurs problèmes laissons leur juste en parler » appelle t elle de tous ses vœux. Poursuivant sa plaidoirie pour le renforcement de capacités des femmes, la coordonnatrice d’AWOMI a révélé qu’il y a beaucoup des femmes qui ne savent même pas que les plans locaux de développement existent. Et Salimata Bocoum de plaider pour leurs implications à tous les nive aux dans la mise en œuvre de programmes les concernant. « Depuis l’élaboration jusqu’au niveau du suivi et de l’évaluation ces femmes doivent participer. Et c’est qu’elles vont faire » plaide t elle. Et pour cause ! « L’élaboration pour qu’on puisse prendre en compte leurs besoins, leurs préoccupations et le suivi-évaluation pour effectivement voir si ce qu’lelles ont identifié a été pris en compte et a été réalisé. C’est une necssité pour que ces femmes participent » soutient la responsable d’AWOMI à Dakar. Qui espère qu’un plan d’action à l’échelle nationale et qui sera déroulé les mois prochains, sortira à l’issue de cet atelier de formation. A signaler que l’Initiative du Millénaire des Femmes Africaines contre la pauvreté et pour les Droits Humains (AWOMI) a été lancée en mai 2005 au Kenya. Son objectif est de mettre en avant le savoir des femmes, leur leadership et leurs droits à tous les niveaux des processus d’élaboration et de mise en œuvre des politiques économiques et des stratégies d’éradication de la pauvreté. AWOMI a d’ailleurs déboursé précédemment 12 millions de nos francs en guise de subvention à 19 associations de femmes établies au Sénégal. Et ce, afin de mettre en œuvre des projets dans les secteurs de l’agriculture, la santé, l’éducation, l’accès à l’eau, l’environnement et l’assainissement.

Auteur: Tapha I. BADJI
Date de publication: 2009-01-01 14:18:55
Nombre de réactions:0

Réagir à cet article!
    rss Imprimer cet article Mail

Articles 1 à 10 sur 469
Suivant Dernier

Tous les commentaires
Copyright © 2012 scoopsdeziguinchor.com - Conception & design: Jean Ndiaga Bakhoum - (Digital Video Shop)