• Ziguinchor/Tabaski : Un besoin de 23 mille sujets pas encore satisfait
  • Ziguinchor/Visite 1er Ministre au Marché de Tilène : Boune Abdallah Dione annonce la construction d’un marché sous-régional
  • Bignona : BBY enclenche le processus du parrainage de son candidat
  • Ziguinchor/Incendie Marché de Tilène : La Réaction d’Aminata Angélique Manga ministre de l’Economie Solidaire et de la Microfinance
  • Ziguinchor/Incendie Marché de Tilène : La Réaction d’Abdoulaye Baldé Président de l’UCS et maire de Ziguinchor

3ème édition du festival culturel Coumba Karamba : Djiguinoum porte flambeau de la renaissance culturelle diola

scoopsdeziguinchor.com : La 3ème édition du festival culturel de Djiguinoum dénommé Festival Coumba Karamba a été lancé ce samedi 10 avril par le ministre de la jeunesse et des sports Mamadou Lamine Keita. Co-parrainée par le président du conseil régional de Ziguinchor Lamine Sagna et le président du Mouvement pour le Parti de la Construction Aly Sega Camara, cette manifestation qui s’articule autour du triptyque « paix, Culture et Développement » entend faire renaître selon les organisateurs l'identité culturelle, pérenniser et valoriser les valeurs culturelles ancestrales, mais susciter également chez les populations de Djiguinoum, des Kalounayes et la Casamance toute entière l’esprit de solidarité, d’unité et de partage
testimg1

La culture est ce qui nous reste lorsque nous avons tout oublié ou perdu. Et c’est pour l’avoir compris que le village de Djiguinoum sanctuaire des traditions culturelles et cultuelles diolas organise depuis trois ans un festival culture dénommé « Festival Coumba Karamba ». « Paix, Culture et Développement » a constitué le thème de cet important événement parrainé par le fils du terroir Lamine Sagna et qui a connu une très forte adhésion populaire avec des populations venues de tous les coins et recoins de la Casamance mais également des autres contrées du pays et de la Gambie voisine. Et c’est aux premières heures de la matinée du samedi que s’est ouvert le spectacle qui a démarré avec les différentes productions et interprétations relatives au thème, des groupes folkloriques et artistiques venus des Kalounayes, du Fogny et de Ziguinchor. Des danses et des exhibitions folkloriques qui ont tenu en haleine pendant plusieurs heures le nombreux public, avec comme grande attraction les troupes de Coubalang, de Baila et de Djiguinoum : laquelle avait représenté la région de Ziguinchor lors de la célébration du cinquantenaire le 4 avril dernier et qui a, cette fois-ci encore, laissé une très bonne impression chez le nombreux public.

Djiguinoum s’inscrit dans le sillage tracé par nos aieuls

Présent à cette cérémonie à coté du ministre de la jeunesse, des sports et des loisirs, le 1er Vice-président du conseil régional de Ziguinchor représentant le président du Conseil Régional, s’est d’abord félicité de l’organisation de cet événement dans cette contrée des Kalounayes. « En initiant ce festival « Coumba Karamba » à la suite des nombreuses journées culturelles dans l’histoire récente de notre zone, vous nous permettez de revivre intensément les valeurs culturelles multiséculaires léguées par nos ancêtres. Vous récréez cette atmosphère bon enfant de cette belle et joyeuse Casamance jadis havre de paix » a laissé entendre Mamadou Lamine Sora. Ce dernier est également d’avis que, sous ce rapport, Djiguinoum s’est inscrit dans le sillage tracé par nos aïeuls qui avaient su développer autour de la culture la solidarité, le partage et l’échange. Toute chose qui constitue aujourd’hui, aux yeux du 1er président du conseil régional de Ziguinchor, le ciment fédérateur du socle inamovible sur lequel est bâtie notre société. « Votre choix de vous appuyer sur le levier culturel pour tenter d’impulser le développement économique et social de votre localité et partant de votre région, s’avère plus que judicieux eu égard au contexte actuel de reconstitution du tissu économique et social de la région » martèle Mamadou Lamine Sora.

Davantage d’ancrage dans nos valeurs ancestrales

Au nom du président du conseil régional de Ziguinchor, Mamadou Lamine Sora a assuré les populations de Djiguinoum du soutien de l’institution régionale dont la mission principale est de promouvoir le développement social, économique et culturel de la région. Et ce, afin que de telles initiatives soient pérennisées. « Je vous exhorte à davantage d’ancrage dans nos valeurs ancestrales de solidarité, de partage et d’échange gage de notre unité, de notre concorde et de notre cohésion sociale » a-t-il conclu.

La culture, un pont qui permet de passer de la paix au développement

Présidant la cérémonie de lancement de cette 3ème édition du festival culturel de Djiguinoum, le ministre Mamadou Lamine Keita s’est quant à lui félicité du choix du thème qui, selon lui, ne pouvait être plus pertinent dans le contexte actuel de la Casamance. « Vous avez compris et exprimé votre engagement à travers ce thème. Et en mettant la culture au centre de ce triptyque, vous la présentez comme ce pont qui permet de passer de la paix au développement » a-t-il souligné. Poursuivant, le maire de Bignona a soutenu que la Casamance a perdu aujourd’hui la paix et cherche également le développement. Et pourtant, Mamadou Lamine Keita est d’avis que l’attente de cette paix, de ce développement passera à coup sur par la culture. « Cette culture nous l’avons, nous devons seulement la mobiliser en faveur de cette paix porteuse de développement » plaide t-il de tous ces vœux. Et si les Kalounayes constituent, selon lui un véritable havre de paix, c’est Djiguinoum qui demeure à ses yeux, la porte d’entrée des Kalounayes qui va nous conduire vers la paix définitive en Casamance. « La volonté de son excellence le président Abdoulaye Wade de parvenir à cette paix définitive en Casamance a toujours demeuré et demeure constant afin que nous puissions retrouver la paix au niveau de cette région » déclare t il.

La paix, une affaire de tous

Balisant la voie de dialogue pour une paix définitive en Casamance, Mamadou Lamine Keita a également plaidé pour que les expressions de dialogue en direction de la paix qui se sont exprimées ces dernières semaines soient mieux encadrées. Et ce, afin que la Casamance retrouve la paix. « Cela doit être l’affaire de toutes les populations au premier chef desquelles se trouvent les femmes » a-t-il martelé. Avant de plaider pour une vaste campagne de sensibilisation envers ces dernières mais également la jeunesse pour que cette paix tant chantée soit une réalité. Les jeunes ont d’ailleurs donné le ton avec plusieurs manifestations sportives et culturelles organisées pendant trois jours à leur honneur. Des manifestations qui attestent, comme l’a indiqué Mohamed Aly Sega Camara co-parrain de ces journées culturelles, de cette dimension essentielle de l'épanouissement des êtres humains, des individus, des sociétés, de leur identité et de leur projet collectif commun.

Auteur: Tapha I. BADJI
Date de publication: 2010-04-12 19:10:34
Nombre de réactions:0

Réagir à cet article!
    rss Imprimer cet article Mail

Articles 1 à 2 sur 2

Tous les commentaires
Copyright © 2012 scoopsdeziguinchor.com - Conception & design: Jean Ndiaga Bakhoum - (Digital Video Shop)