• Diouloulou : Les populations en colère contre les défaillances du réseau électrique
  • Diouloulou/Cohabitation en Islam : L’édile de Diouloulou prône l’unité des fils du terroir
  • Diouloulou/5ème Edition Gamou El Hadj Cheikh Malick Thiam: Comme si vous y étiez !
  • Casamance/Développement économique : Le collectif des députés de la Casamance naturelle engage le combat
  • Sénégal: Mame Boye Diao Directeur des domaines à propos du TER

Casamance/Lamine Touré percussionniste et bassiste du groupe Kom Trasiga : Une fierté casamançaise et africaine

Scoopsdeziguinchor.com : Pour lui, la culture prend pied dans la pratique, le respect et la considération de nos traditions, de nos us et coutumes. Et c’est pourquoi l’homme s’est toujours inscrit dans le sillage tracé par ses aïeuls qui avaient su développer la solidarité, le partage et l’échange autour de la culture casamançaise et plus particulièrement la culture mandingue, dont il se réclame avant tout. C’est d’ailleurs fort d’une telle vision et imbu des valeurs de sa Casamance natale que cet artiste-musicien a d’abord pu faire face au puissant processus des esprits initié par l’appareil d’exportation culturelle nord américain voire du monde occidental. Et c’est avec également en bandoulière la culture de son terroir natal qu’il a pu transcender aisément toutes les barrières musicales et entrer ainsi en contact avec l’autre, de voyager, de découvrir d’autres réalités et de s’enrichir mutuellement. C’est tout le sens de son investissement au profit de plusieurs groupes musicaux africains et européens et de sa connexion aujourd’hui avec le groupe musical suédois Kom Trasiga. Il s’appelle Lamine Touré. Il est bassiste-percussionniste et lead vocal dans le tube « Modo miro » (Pensée d’autrui) du groupe Kom Trasiga  

testimg1

Humble et modeste, ce féru de musiques africaines plus présents en Europe où il vit qu’en Afrique, prône plus que jamais la pluralité des cultures. Engagé dans la promotion de la culture africaine et notamment celle casamançaise, Lamine Touré parle beaucoup d’universalité de la culture avec les nouveaux moyens de communication culturelle et sociale. Et aujourd’hui avec le guitariste, bassiste Frans Krook et le groupe Kom Trasiga avec qui il partage les mêmes valeurs positives, c’est toute une complémentarité, une richesse dans le sens du rapprochement des peuples, des cultures ; et c’est aussi comme une harmonie de leurs produits avec plusieurs instruments. En atteste le single Kom Trasiga aujourd’hui en vogue dans les réseaux sociaux et les plateaux européens. Un tube dont Lamine Touré parle dans cette interview exclusive (en mode Vidéo) accordée à scoopsdeziguinchor.com. Un face à face avec la presse où l’artiste-musicien parle, entre autres également, de son cursus musical, de ses projets, de la musique casamançaise, de sa connexion avec Frans Krook et bien entendu de son défunt ami et compagnon de route Solo Cissokho avec il était, avec Frans, dans le projet « Dempéteng ». Un entretien sur fond de « Modo miro » !

C’est dire qu’avec Frans Krook et le groupe Kom Trasiga, Lamine Touré entend prôner la défense des cultures multiformes, et de ces groupes ethnoculturels favorisés par l’avènement et le développement des TIC qui ouvrent des raccourcis dans l’édification du village planétaire, et de la promotion de la musique universelle. Une vison partagée avec son ami et frère Frans Krook qui parle ici de leurs relations mais également de sa passion pour la musique mandingue voire africaine.

Auteur: Tapha I. BADJI
Date de publication: 2020-01-03 15:35:37
Nombre de réactions:0

Réagir à cet article!
    rss Imprimer cet article Mail

Articles 101 à 110 sur 110
Précédent

Tous les commentaires
Copyright © 2012 scoopsdeziguinchor.com - Conception & design: Jean Ndiaga Bakhoum - (Digital Video Shop)