• Bignona/Djignaky : La paix, un acquis de taille !
  • Bignona/Djignaky : Le conseil municipal dégage 3,5 millions FCFA pour la communauté éducative
  • Bignona/Parrainages : La majorité présidentielle élargie à 70,70% de ses objectifs
  • Ziguinchor/Atelier de restitution et de validation des consultations publiques : Pour mieux articuler les préoccupations des populations et des OSC
  • Ziguinchor/Atelier de restitution et de validation des consultations publiques : Pour mieux articuler les préoccupations des populations et des OSC

Cap Skirring/Week-end de presse : L’APIC séduite par la haute Communication du DG de SENELEC

Scoopsdeziguinchor.com : Retranchée dans une résidence hôtelière de la place durant le Vsd dernier dans le cadre de sa relance, l’Association des Professionnels des l’Information et de la Communication (APIC) de la région de Ziguinchor, a eu le privilège d’accueillir comme hôte de marque, le Directeur Général de la Senelec, Mouhamadou Makhtar Cissé, distingué promoteur du slogan « L’énergie de tous les possibles ». Ce dernier dans sa communication sur le thème du rôle de la Senelec dans l’accompagnement du processus de la paix en Casamance et le renforcement de l’intégration sous-régionale la Sénégambie méridionale notamment les républiques sœurs de la Gambie et de la Guinée- Bissau, le communicant avec docte et humour a véritablement séduit les pisse-copies et autres techniciens de la communication de la région de Ziguinchor, qui en la matière est richement pourvue.

testimg1

La Senelec dans une dynamique de la consolidation de la paix en Casamance et du bon voisinage

Louant l’initiative et le dynamisme de l’APIC de Ziguinchor, le conférencier fraichement débarqué de Johannesburg, a d’entrée de jeu exprimé, relativement au thème, une conviction forte selon laquelle les pays qui commercent pour des intérêts communs ne se font presque pas de guerre. « Historiquement, il est démontré en général que les pays qui commercent beaucoup, qui échangent entre eux ne se font pas la guerre », renseigne t-il. Et il en veut pour preuve que : «  La communauté de l’acier et du charbon,  celle de la CEE. C’était cela sa base ; parce quand l’Europe est sortie de la guerre, ils ont organisé une communauté autour des échanges de charbon et de l’acier pour éviter de se refaire la guerre en créant une inter-indépendance. Les échanges d’énergies participent justement du commerce entre les Etats ». Suffisant pour le patron de la Senelec d’estimer que Les interconnexions  électriques entre le Sénégal et ses voisins devraient pouvoir aider à améliorer les relations qui sont déjà bonnes. « Le Sénégal pour l’essentiel est dans  une politique de bon voisinage depuis toujours. C’est un axe fondamental de notre diplomatie et nous avons des commerces transfrontaliers qui se font  même si le niveau est assez faible par rapport aux attentes de nos dirigeants, du fait que le problème de l’intégration économique entre nos Etats reste encore posé en dépit de tous les efforts qui ont été faits depuis l’indépendance et surtout dernièrement depuis la création de l’UEMOA pour l’espace qui nous concerne. Les interconnections devraient  permettre à améliorer tout ce flux en améliorant déjà l’économie des Etats respectifs parce que l’énergie est la clé de la croissance et du développement économiques de nos Etat et nous tous, nous nous organisons au niveau de cet espace pour avoir cette souveraineté énergétique, qui peut se comprendre également comme un partage des bénéfices, des avantages comparatifs des uns et des autres. Aujourd’hui, le Sénégal a l’avantage de pouvoir donner un peu d’électricité à sa sœur de Gambie mais également un peu demain à sa sœur de la Guinée- Bissau comme nous le faisons déjà avec le Mali et la (Mauritanie : Ndlr) Ce qui signifie tout simplement que l’énergie ne peut pas se stocker, tous les soirs, sur les excédents que nous pouvons dégager de temps à autre en fonction de l’exploitation… c’est un facteur important pour la stabilité et la paix propices au développement communautaire. », Professe Mouhamadou Makhtar Cissé, bien ragaillardi par les performances enregistrées par sa boite depuis qu’il est porté à sa tête.  

Se prononçant sur le niveau de couverture électrique en Casamance, Le Dg chantre du slogan stimulant de « L’énergie de tous les possibles », rassure « qu’en Casamance en matière de couverture électrique, beaucoup d’efforts ont été faits par le gouvernement du Sénégal à travers la Senelec et l’Aser pour déployer l’électricité dans les localités les plus reculées », indique t-il. Et avec comme preuve à l’appui, il informe que « Pas moins de 400 villages ont été connectés au réseau Senelec ces quatre dernières années avec dix mille clients supplémentaires dans la région de Ziguinchor ces cinq dernières années », se réjouit-il. Mais le boss énergétique n’entend point s’arrêter en si bon chemin, « Nous allons continuer ces efforts à travers les différents plans que nous avons et les îles naturellement sont concernées à travers le programme que nous avons avec Kfw qui a commencé à mettre des systèmes hybrides au niveau des îles du Saloum par des groupes de gas-oil, quelques panneaux solaires pour alterner et amortir également les coûts de l’exploitation. Ce même système sera déployé dans les îles de la Casamance pour les couvrir, parce que les connecter directement au réseau par un câble sera onéreux et pas rentable ». Une bonne nouvelle qui réjouirait plus d’un des insulaires notamment ceux de l’île historique et légendaire de Carabane ! Quid de la banalisation de l’accès à l’électricité, M Cissé est péremptoire ! « L’accès à l’énergie est devenu un droit pour tous conformément aux instructions du Chef de l’Etat. L’objectif ; l’accès universel à l’électricité à l’horizon 2025 reste réaliste », s’entend-il. Et pour finir, le Directeur Général de la Senelec se défend mordicus qu’à présent sa société dispose des moyens de sa politique pour une fourniture d’électricité optimale qui reléguerait dorénavant les coupures intempestives du courant aux calendes grecques. « Grâce aux grands efforts consentis sur l’ensemble du territoire, les délestages sont à présent derrière nous, les éventuelles coupures ne peuvent être que des incidents, une panne technique, un accident de circonstance. Plus jamais de coupure liée aux difficultés d’exploitation de la Senelec », se montre t-il formel. Quid de l’inquiétude syndicale du retour de bâton ? Makhtar relativise,  « Chacun est dans son rôle, y en a qui alertent, c’est leur rôle, un autre rôle est d’assurer et de continuer à travailler et de rassurer », rectifie Mouhamadou Makhtar Cissé, Dg de la Senelec lors de son face-à face avec les journalistes de la région de Ziguinchor en conclave au Cap Skirring le weekend dernier.                                                                                                   

Auteur: Timbis SARR
Date de publication: 2018-08-03 22:36:03
Nombre de réactions:0

Réagir à cet article!
    rss Imprimer cet article Mail

Articles 451 à 453 sur 453
Premier Précédent

Tous les commentaires
Copyright © 2012 scoopsdeziguinchor.com - Conception & design: Jean Ndiaga Bakhoum - (Digital Video Shop)